Vous êtes ici : Accueil

Ecologie et transition. Urgence ! Mais sans détruire ce qu’il reste de vivant.

L’écologie a été définie par le biologiste allemand Ernst Haeckel en 1866 comme "la science des relations des organismes avec le monde environnant, c’est-à-dire, dans un sens large, la science des conditions d’existence".

La transition écologique vécue comme un danger (exemple) :

Extraits d’un article de Blandine Vue est docteur ès lettres, lauréate de la Fondation Nicolas Hulot pour ses activités pédagogiques de terrain, auteure d’Histoire des paysages (éd. Errance) :
"L’écologie, c’est ce que nous avions, avant. Du silence, de vraies nuits, des forêts gérées avec sagesse en mode cueillette, avec respect pour leurs bêtes, grandes et petites. Celles qui ne peuvent pas fuir crèvent désormais au soleil de vastes étendues rasées, les autres ne savent plus où aller. L’écologie, ce n’est pas ce monde industriel qui se cache derrière des noms aguicheurs...

... Avec ses éoliennes, ses méthaniseurs, ses plantations de biomasse… la « croissance verte » tue l’idée de décroissance, autant que nos territoires, pour justifier ses objectifs...

... On assiste à un parfait écocide, discret, se cachant sous de pseudo « bonnes intentions », ou pire, sous une injonction de « sauver la planète ». Mais on s’est trompé de ministère, la production d’énergie pour le confort humain, ce n’est jamais de l’écologie, c’est de l’industrie !"

>> Dossier transition écologique et citoyenne