Vous êtes ici : Agir

"Cultiver son potager naturellement"

15 jardiniers, de l’amateur débutant au pationné, sont venus partager, ce mercredi 15 février 2017, leur façon de cultiver leur potager naturellement.
Sous forme d’échanges, cette réunion a permis d’aborder 3 aspects de la culture du potager : le sol (travaille, organiser, fertiliser, protéger, ... ), les plantes (semer, associer, arroser, ...), les soins (les bons auxiliaires, traitements naturels, ...).

Cultiver son potager naturellement est aujourd’hui une nécessité. Les abus de produits chimiques employés jusque dans les potagers et jardins d’agréments ont insidieusement déséquilibré la biodiversité et par effet d’entrainement justifié l’emploi de toujours plus de poisons sur les légumes et les arbres fruitiers. 

Ces échanges ont permis de faire le point sur les techniques naturelles pratiquées depuis de nombreuses années par quelques jardiniers expérimentés et quelques amateurs passionnés qui ne sont pas en reste sur les bonnes pratiques naturelles.

Pour le sol (travailler, organiser, fertiliser, protéger) :

Si certains recommandent peu de travail sur le sol et en particulier d’éviter le retournement de la terre en mottes épaisses qui ramène à la surface une terre peu fertile les autres proposent soit l’aération à l’automne ou au printemps avec une fourche bêche dans un mouvement d’avant en arrière ou l’utilisation de la grelinette si le sol le permet.

L’organisation du potager devrait passer par un plan annuel qui permet l’optimisation de la croissance des plantes. La rotation peut aller des légumes plus exigeants aux légumes régénérants le sol (légumineuses et engrais verts), prévoir la mise en culture en préparant les parcelles selon le type de légume qui va y être planté. Tableau rotation.

Les principes de fertilisation sont variables en fonction des jardiniers, des sols et des habitudes. Pour alléger une terre lourde la tourbe est souvent préconisée, comme le fumier bien décomposé (deux ans), le sable et autres composts. Il faut se rappeler que les amendements organiques nourrissent la terre alors que les engrais organiques nourrissent les plantes. Si la terre est bien nourrie elle produira sans trop d’effort de belles plantes.

Pour entretenir la richesse en humus du sol il suffit d’apporter régulièrement de la matière organique sur la terre (et non dedans) comme le fumier, les tontes, la paille, la tourbe… Cette litière est fragmentée, broyée par une faune variée, puis incorporée et diffusée dans la terre, où des micro-organismes la dégradent en molécules. Ce sont les champignons qui transforment la lignine (des fibres rigides et sèches) en humus. Comme une exception : le fumier frais peut servir de paillis aux tomates et courges très gourmandes.

Enfin la bonne règle pour que la qualité du sol ne se dégrade pas c’est qu’il ne reste pas "nu" comme dans la nature. Couvrir le terrain permet de limiter son invasion de mauvaises herbes. Mais également de conserver la fraîcheur de le protéger des tassements et des écarts de température. Et le jardin propose tout ce qui est utile : feuilles mortes, compost peu décomposé, tontes et déchets de taille, cartons, paille, ...

Les plantes du potager (semer, associer, arroser, ...)

Pour récolter les graines qui seront semées les années suivantes il faut un porte graine vigoureux et sain et non hybride. Certaines variétés sont allogames (hybridation naturelle) comme les cucurbitacées, dans ce cas bien isoler le porte graine.

La récolte de graine se fait en général quand les fruits sont bien mûrs en fin d’été ou avant les gelées pour les derniers légumes. La récupération des graines et leur stockage varie selon les variétés : Tableau Rustica.

Pour les semis si les jardiniers recommandent un terreau approprié ils alertent sur la mauvaise qualité des terreaux de grandes surfaces qui sont souvent porteurs de maladies et de parasites. Préférer un terreau de professionnel (utilisable en agriculture biologique). Noter que le persil ne lève que si le sol dans lequel il est semé reste bien humide.

A l’observation des jardiniers chevronnés les bonnes associations de plantes dans le potager sont bénéfiques.
Les bonnes et mauvaises associations

Pour l’arrosage les conseils sont variables et dépendent de la nature des terrains. Si certains arrosent "fort" à intervalles réguliers, d’autres préfèrent le goutte à goutte ou le tuyau poreux sur minuterie. Le paillis bien utilisé permet de réduire l’arrosage et de freiner la pousse de l’herbe.

Le paillis est lui aussi un sujet de divergeance. Si certains préférent les tontes de gazon en faible épaisseur pour éviter le pourrissement, d’autres mettent de la paille, du broyat de branches (BRF), compost, ... En savoir plus.

Les soins du potager naturel

Tout est lié dans le jardin. La terre et l’environnement vont être les principaux acteurs, avec le climat, des perturbations de la croissance et de la production des plantes. Si les associations de plantes et la rotation des "planches" sont importantes pour un bon équilibre au potager. Dans le meilleur des cas les plantes pousseront et produiront sans aucun autre besoin qu’un peu d’attention (taille, arrosage, ...) mais en cas de besoin les traitements appliqués auront aussi un impact décisif sur la bonne réussite du potager. Dans tous les cas préférer les traitements naturels. Ils auront le mérite de ne pas empoisonner ceux qui mangeront les légumes. Noter que pour éviter l’oïdium et le mildiou certains légumes fragiles pourront être pâlissés (elles tiendront aussi moins de place).

Plus de détails sur les purins, décoctions, infusions bonnes pour le jardin dans le document en annexe.

Et aussi :

Le calendrier lunaire (et conseils de jardinage)
La Lune en détails.

Le savon noir (contre les pucerons), pour lutter contre la cochenille additionner 20 cl de savon noir avec 1 cuillère à café d’alcool à brûler pour 1 L d’eau. Plus d’info.

L’argile est aussi utilisée contre les mouches qui pondent dans les fruits, des pulvérisations d’argile en suspension dans de l’eau permettent de lutter contre certains ravageurs, en constituant une barrière minérale de protection (pucerons, cicadelles, tordeuse, acariens...).

La cannelle.

Le bicarbonate de soude.

>> Conseils et pratiques
PDF - 74 ko
Tableau des semis au potager
PDF - 74.2 ko
Purins et traitements naturels