Vous êtes ici : Grainothèque et jardinage

Donner et prendre des graines dans une notion d’échange de semences non hybrides.

Quel substrat pour les semis de printemps ?

Un bon substrat possède des propriétés qui permettent à la fois une croissance rapide et saine des plantules.

Capacité de rétention en eau : L’eau est indispensable à la germination ! La graine se gorge d’eau et gonfle. Progressivement les téguments se ramollissent et la première racine appelée radicule apparait. Viennent ensuite les cotylédons et les feuilles. Le substrat doit donc pouvoir retenir une grande quantité d’eau et rester humide tout au long de la période de culture pour assurer une bonne nutrition hydrique à la plante.
Porosité et drainage : L’excès d’eau est dangereux pour les graines ! Tout comme les racines et les feuilles, elles ont besoin d’oxygène pour vivre et se développer. Un arrosage trop abondant remplirait tous les espaces d’air (porosité) du sol asphyxiera la graine et les radicelles. Un substrat retenant trop l’eau aura les mêmes conséquences. La plantule affectée flétrira et se décomposera.
Les milieux très humides sont également propices au développement des bactéries et champignons pathogènes. Les jeunes plantules sont fragiles et particulièrement sensibles à la « fonte des semis » qui affecte les racines et le collet. En général, les terreaux « spécial semis » contiennent du sable de rivière, de la perlite ou autres matériaux qui assurent un bon drainage.
Densité et granulométrie : Les graines auront besoin d’un sol léger pour permettre à la toute première racine d’émerger et de se développer. La partie aérienne devra elle aussi se frayer un chemin jusqu’à la lumière.
Quantité de nutriments : La fertilité du substrat dépend de la quantité de nutriments qu’il contient. Au fur et à mesure de leur croissance, les plantules puisent dans leurs propres réserves mais elles extraient aussi les minéraux dont elles ont besoins dans leur substrat. Les terreaux sont généralement enrichis en nutriments par ajout d’engrais afin de stimuler leur développement.
Un substrat exempt de maladies : Naturellement, un substrat contient des milliers de bactéries et de champignons ! Tous ne sont pas bénéfiques pour les jeunes plantules. Les sacs vendus dans le commerce ont été préalablement stérilisés pour éviter tout risque de maladies.
Acheter un terreau pour semis
Les terreaux pour semis sont plus onéreux que les terreaux universels mais comme leurs noms l’indiquent, ils sont adaptés au semis.
La majorité des substrats vendus sont composés de 30 à 90 % de tourbe. Du fait de l’impact désastreux de son extraction sur les écosystèmes, l’usage de la tourbe devrait être réduit dans les prochaines années. Sachez qu’un seul centimètre de tourbe demande une dizaine d’année pour être régénéré ! Il existe désormais des terreaux universels et "spécial semis" portant la mention « sans tourbe ».
Faire son terreau pour semis
Essayer avec 40% de terre de jardin, 40% de compost d’écorces, de fibre de bois ou de déchets verts mûr et 20 % de sable. Tamiser le mélange si nécessaire. Les proportions de terre de jardin, compost et sable devront probablement être modifiées en fonction du type de sol de votre jardin.
Extrait de : La Ferme de Sainte Marthe.
Et aussi : le calendrier des semis de Kokopelli.

Découvrir la syntropie

Dans le cadre de nos ateliers mensuels "biodiversité" RESPECTS Occitanie a proposé le 27 janvier 2024 de découvrir : Les principes de l’agriculture syntropique et des échanges avec un praticien : Laurent Moure.
Vous trouverez ci-dessous les liens vers les documents et ouvrages qui ont servi à préparer cet atelier.
- Memo syntropie de RESPECTS Occitanie ;
- Site Ernst Götsch ;
- Joala syntropie : la pépinière d’Anaëlle Théry (autrice et formatrice) ;
- La ferme des Mawagits dans le Gers, formations ;
- Application au potager : Le jardin en syntropie de Marieke ;
- Comment créer un jardin syntropique Episode 1 ;
- Comment créer un jardin syntropique Episode 2
- Petit guide pratique : L’agroforesterie en BD ;
- Poster : présentation syntropie ;

Bibliographie :
- Bienvenue en syntropie : Anaëlle Théry - Joala syntropie.

Les buis sont malades. Par quoi les remplacer ?

Le buis (Buxus sempervirens) est victime de la redoutable Pyrale du buis depuis quelques années et aussi de champignons pathogènes.
Si les buis ne peuvent pas être sauvés et doivent être remplacés il existe quelques arbustes qui feront l’affaire :
- Le chèvrefeuille à feuilles de buis (Lonicera nitida) ;
- Les houx japonais dits crénelés tels que l’Ilex crenata. Dotés d’un petit feuillage persistant et d’un port dense, résistants aux maladies et aux ravageurs, ces arbustes supportent également très bien la taille.
- Les fusains, Euonymus fortunei, rustiques jusqu’à -15 °C, ils supportent le calcaire.
- Le Fusain du Japon est un peu plus frileux (-12 à -15 °C),
- Le myrte de Tarente (Myrtus communis tarentina) ou le buis africain (Myrsine africana), deux arbustes très résistants à la chaleur et à la sécheresse.
- L’Osmanthus burkwoodii aux feuilles de houx.
- Le troène de Yunnan.
Voir plus sur Promesses de fleurs : "Quels arbustes pour remplacer le buis ?"

La taille des petits fruits (groseille, cassis, framboise)

Cassis, groseille sont simples à cultiver au jardin. Pour favoriser la production de fruits, il est indispensable de bien les tailler...
Il suffit d’éclaircir les végétaux conduits en touffe. Une partie du vieux bois (celui le plus foncé) doit être coupée.
Les branches doubles sont simplifiées. Les jeunes rameaux (bois clair) en surnombre sont coupés.
Grâce à cette taille de fructification, les fruits sont mieux exposés au soleil et l’apparition de nouvelles pousses est favorisée.
Les rameaux seront coupés à ras pour éviter le développement de champignons.

  • A savoir : les rameaux d’un an coupés peuvent être bouturés en pépinière, directement en place, ou dans des pots enterrés pour éviter le dessèchement.

Que faire des déchets de taille ?
Les déchets de taille sont laissés sur place en petits morceaux avec d’autres déchets verts en mélange et ratissés aux pieds des petits fruits pour améliorer la qualité du sol et reconstituer le stock d’humus et de nutriments.

Le cas du framboisier : Les cannes des framboisiers non remontants ayant fructifié sont coupées à ras.
Les brûler est préférable (au barbecue, une fois bien sèches), la moelle des cannes du framboisier peut renfermer des prédateurs.
La sélection des cannes devant fructifier l’an prochain sera faite jusqu’en février.
Les framboisiers remontants peuvent être taillés de 2 façons.
La première façon consiste à tailler toutes les cannes à ras jusqu’en février prochain. Les productions commenceront en été et jusqu’aux gelées mais en quantité importante.
Pour la deuxième façon, le jardinier taille à moitié ou au 2/3 les cannes ayant produit jusqu’en automne.
Ces dernières produiront au printemps prochain (elles seront taillées après leur production). Celles qui auront poussé au printemps produiront d’août à décembre en fonction des variétés...

Bouturer, multiplier, ...

Le bouturage est une technique simple qui peut être utilisé pour multiplier de nombreux végétaux : vivaces, arbustes, plantes d’intérieur, rosiers, arbres fruitiers, géraniums et les plantes fleuries d’extérieur.
Multiplier les plantes c’est aussi le plaisir de voir germer, raciner, se développer de nouveaux végétaux.
Plusieurs méthodes de multiplication sont possibles : le semis, le marcottage, la division, le repiquage des rejetons...mais bouturer est sans aucun doute la plus facile.
Pour aller plus loin voir cette fiche.

Le compost de feuilles

Dans la nature, les plantes trouvent dans le sol tous les nutriments nécessaires à leur développement. Cette litière, naturelle (comme en foret) est composée de feuilles, brindilles, déchets... Toute cette matière est morcelée, fragmentée, broyée par de nombreux auxiliaires (mollusques, carabes, collemboles…), puis enfouie et décomposée dans le sol.
Les micro-organismes transforment les molécules de la matière organique en humus qui capte les éléments minéraux, ensuite absorbés par les plantes au fur et à mesure de leurs besoins.
C’est pourquoi il est précieux de ramasser les feuilles pour en faire un terreau gratuit et d’excellente qualité.

Le compostage des feuilles est une excellente source de matière organique.
Les feuilles contiennent des oligo-éléments et des minéraux tirés du sol par les racines des arbres. Le compost de feuilles restitue ces nutriments au sol.
Les feuilles compostées et la moisissure des feuilles retiennent 6 fois leur poids en eau, ce qui augmente les niveaux d’humidité du sol.
En mélangeant du compost de feuilles, vous augmentez la rétention d’eau et les niveaux de nutriments dans votre sol.

Broyer ou pas les feuilles pour faire du compost ?
Broyer les feuilles avant de les ajouter au tas de compost réduit considérablement le temps nécessaire aux feuilles pour se décomposer.
Des feuilles entières peuvent prendre jusqu’à 2 à 3 ans pour se décomposer dans un bac à compost. Les feuilles déchiquetées peuvent se décomposer en 3 à 6 mois.

Plantes à racines nues (pour l’automne)

C’est quoi une plante en racines nues ?
Les plantes vendues à racines nues sont proposées sans pot et sans substrat ; des végétaux cultivés directement en pleine terre en pépinière.
Durant la première quinzaine du mois de novembre, lorsque les températures baissent et que les jours raccourcissent, les arbres et arbustes perdent leurs feuilles et entrent en repos pour l’hiver. Ils peuvent donc être déplantés et débarrassés de la terre qui entoure leurs racines sans subir de stress.

Quelles plantes à racines nues sont disponibles ?
Les plantes les plus vendues en racines nues sont les arbres, fruitiers ou d’ornement. Ils se développent mieux en pleine terre où ils ont beaucoup plus d’espace qu’en conteneur.
Sont aussi disponibles : des arbustes, des petits fruitiers (framboisiers, groseilliers, fraisiers…), des rosiers, des plantes de haie (charmilles, hêtres, etc.). Certaines vivaces comme les pivoines peuvent aussi être proposées à racines nues.
Ce sont donc en grande majorité les espèces caduques qui sont disponibles en racines nues. Les plantes à feuillage persistant ne le permettent pas, car leur cycle fait qu’elles ne sont jamais totalement en repos végétatif ni entièrement dépourvues de feuillage. Il existe cependant quelques exceptions comme : l’if, le buis, le cotonéaster ou le laurier-cerise. Ces végétaux particulièrement résistants et vigoureux s’accommodent très bien de ce mode de culture.

Avantages et inconvénients des racines nues ?
Pour les avantages :
- Ils sont moins chers à produire (pas de contenants ni de substrat, moins d’entretien, de manipulation et croissance plus rapide), donc moins chers.
- Ils sont légers et faciles à transporter.
- Ils sont faciles à planter
- Les racines sont visibles : on peut alors s’assurer de la qualité des plants et écarter les souches douteuses et n’ayant pas été comprimées dans un pot, elles sont bien développées, ce qui favorise un enracinement optimal et une très bonne reprise.
- Ils sont plus écologiques que des végétaux cultivés en pots plastiques avec du substrat, des engrais, beaucoup d’eau et parfois du chauffage.
Pour les inconvénients :
- Ils ne sont pas disponibles toute l’année et ne peuvent être plantés qu’en automne-hiver (de mi-novembre à début mars).
- Les racines sont fragiles et n’ont aucune protection.
- La plantation doit être immédiate pour éviter un dessèchement ou une exposition au gel des racines. Si cela n’est pas possible, il faut stocker les racines nues en jauge.
- Ils nécessitent quelques soins supplémentaires à la plantation : l’habillage (tailler légèrement les racines pour stimuler la pousse du chevelu racinaire), la taille des branches pour équilibrer la partie aérienne et la partie racinaire et le pralinage (trempage des racines dans un mélange boueux qui favorisera la reprise racinaire)
- Leur choix est plus restreint que pour les variétés en pots.
Extraits de : Promesse de fleurs

7 légumes à semer, en automne, au potager

- Les chicorées :
Les chicorées, crues ou cuites (au gratin ou à l’étouffée…), ce sont des salades d’hiver indispensables. Quelques variétés : "Barbe de Capucin" (Cichorium intybus foliosum) qui s’approchent un peu des Pissenlits.
Les chicorées Pain de Sucre (Cichorium intybus foliosum), forment de superbes pommes allongées, au cœur bien blanc.
Les chicorées italiennes (Cichorium intybus partim) sont souvent colorées (ex. "Rouge Trévise", "Rouge de Vérone") ou présentent de jolies pommes en forme de roses ("Grumolo verde"),

- Les navets :
Le navet jaune ’Boule d’Or’, avec sa jolie couleur ambrée et son goût est très doux, passe très bien auprès des enfants, en potage, purée, mais aussi farci. Les variétés ’de Croissy’ et ’Noir Long’ sont également bien adaptées aux cultures d’automne et se sèment jusqu’à fin septembre.

- La mâche :
Très riche en vitamine C et en fer, la mâche fait partie des légumes "boostant" de l’hiver. Résistante au froid et précoce ’Verte de Louviers’ est également de très bonne qualité. Un peu plus tard dans l’automne, semez la ’Verte de Cambrai’ : plus tardive, elle vous assurera des récoltes jusqu’en mars.

- L’épinard :
Il se consomme en salade, au stade jeunes pousses dès l’automne ou cuit, à maturité, jusqu’à fin avril. Parmi les variétés d’hiver : "Géant d’hiver", "Monstrueux de Viroflay" et ’Parys’, un hybride F1 particulièrement résistant au froid et aux maladies.

- Les radis longs :
A essayer : "Rose d’Hiver de Chine" avec sa chair, blanche et croquante, coupée en très fines tranches, est idéale en salade ou tout simplement sur une tranche de pain beurré ; et aussi "Chandelle de Glace" Radis "Noir long d’hiver de Paris" et "Violet "de Gournay’. Tous bénéficient d’une très bonne conservation.

- Les laitues d’hiver :
Avec la baisse des températures, il redevient possible de semer les laitues. Comme : "Merveille d’Hiver", "Brune d’Hiver", "Artic King", "Bourguignonne" (dite ’Grosse Blonde d’Hiver’) elles sont toutes bien rustiques et résistent, avec brio, aux froids hivernaux.

- Les choux cabus de printemps :
"Cœur de Bœuf des Vertus", "Cœur de Bœuf moyen de la Halle", mais aussi "Cabus express" (plus petit) sont trois choux précoces réputés pour produire, rapidement, de jolies pommes coniques à feuilles tendres au printemps.

Engrais verts

Pourquoi semer des engrais verts ?
Ils ont plusieurs avantages :
- Ils fournissent des éléments nutritifs aux cultures à venir. La biomasse des engrais verts est une réserve d’éléments nutritifs redistribués rapidement avec leur dégradation après fauchage.
- Certains engrais verts ont la capacité de prélever des éléments nutritifs dans leur environnement (les légumineuses fixent l’azote capté dans l’air et les brassicacées captent le potassium et le phosphore de la roche).
- Ils limitent la propagation des mauvaises herbes : certains engrais verts sont dits « étouffants » vis à vis des adventices (croissance rapide, système racinaire et couvert végétal concurrentiels).
- Ils préservent et/ou améliorent la structure du sol.
- L’utilisation d’un mélange d’engrais verts aux systèmes racinaires différents (fasciculés et pivotants) permet une structuration du sol sur plusieurs niveaux.
- Ils sont aussi utiles pour limiter le lessivage de l’azote (en occupant rapidement le sol en automne), attirer des auxiliaires (carabes, pollinisateurs...) …

Des engrais verts tout au long de l’année
Les engrais verts peuvent se semer une bonne partie de l’année, du printemps au début de l’automne. Les espèces citées précédemment sont soit annuelles, bisannuelles ou vivaces. Selon les saisons, nous pouvons semer :

Au printemps : phacélie, vesce de printemps, moutarde, lin, avoine, tournesol ;
au début de l’été : moutarde, sarrasin, sorgho ;
à la fin d’été, début d’automne : graminées, moutarde, phacélie, vesce d’hiver, féverole, colza fourrager ;
Plus d’infos sur Binette et cornichon ; et un tableau des engrais verts.

Pourquoi utiliser les engrais verts ?
Choisir en fonction des besoins de votre sol :
Décompacter : préférez la moutarde, luzerne, trèfles, seigle ou vesce ;
Protéger le sol : phacélie, moutarde, seigle ou vesce ;
Fertiliser : Vesce, phacélie, moutarde, et les légumineuses en général ;
Désherber : sarrasin, seigle, vesce ;
Attirer les insectes : phacélie et trèfles.

La Phacélie est une hydrophyllacée qui étouffe les mauvaises herbes (chiendent) et lutte contre les nématodes grâce à sa végétation abondante et à son système racinaire très développé.
Le sainfoin est une légumineuse qui enrichit le sol en azote. Il convient aux sols calcaires, secs, chauds et perméables.
Moutarde blanche : crucifère qui étouffe les mauvaises herbes et enrichi le sol.

Récolter ses graines de tomates

Récolter les graines de tomates pour la saison prochaine est intéressant surtout quand une variété à bien produit en résistant aux maladies.
Il faudra sélectionner les plus jolis fruits, qui feront des plants de tomates avec le même patrimoine génétique, c’est facile.

Pourquoi produire les graines de tomates qui feront les prochains semis ?
Les variétés s’adaptent au fil des années au terroir. Récolter des graines et les resemer permet de participer à l’adaptation et à la résistance aux maladies.
Dans le détail : Comment produire vos propres graines de tomates (Tous au potager)

La mâche se sème dès le mois aout

La mâche est une salade de culture facile. Elle demande peu d’espace et s’associe bien avec les poireaux.
En étalant les semis entre aout et octobre la mâche sera disponible de l’automne au printemps.
La mâche se sème en place et en ligne elle est peu sensible à la nature du sol, mais il faut qu’il soit bien drainé.
Un semis facile pour tous :
Tracer des petits sillons d’1 cm de profondeur. Espacer chaque sillon de 20-25 cm.
Semer à l’intérieur des sillons puis couvrir d’un peu de terreau ou de terre du jardin.
Arroser régulièrement sans excès. A l’apparition des premières feuilles, éclaircir.
Il est possible de cultiver la mâche en pot ou en jardinière.
Elle peut se semer à la volée mais il faudra ratisser après le semis pour enterrer les graines.
Une salade bonne pour la santé : Voir la page.

Poireau, fraisier la bonne alliance

Fraisier : Les premiers stolons de fraisiers peuvent se planter dès la mi juillet. Ils permettront aux plants d’être vigoureux avant l’hiver et seront productif la saison prochaine.
Poireau : Comme les plants de poireaux sont eux aussi disponibles cet alliacée sera bénéfique au fraisier en le protégeant des maladies cryptogamiques.
Le poireau sera (aussi) protégé de la teigne par le céleri branche.

Oïdium

C’est quoi l’oïdium ?
L’oïdium est un champignon parasite de la famille des érysiphacées qui s’attaque aux parties aériennes des plantes . Le vent transporte les spores d’oïdium et disperse la maladie.

Comment traiter l’oïdium naturellement ?
1. Le bicarbonate de soude, a pulvériser sur l’ensemble de la plante, (tige, feuilles, bourgeons) ; recette : 5gr de bicarbonate (une cuillère à soupe) pour un litre d’eau (de pluie) et un peu de savon noir ou de liquide vaisselle. Agiter, c’est prêt.
2. La décoction de prêle peut être pulvérisée sur les jeunes pousses de courgette ou de concombre.
3. lutte biologique : une macération de gousses d’ail (une tête dans 10 litres d’eau à faire bouillir puis patienter deux jours) ou du lait dilué dans de l’eau en pulvérisation.
4. Le soufre minéral est efficace avec son action fongicide puissante. Patienter 3 jours avant de récolter les fruits après traitement.
Plus : 7 traitements contre l’oïdium sur Jardipartage.

Solutions préventives pour éviter l’oïdium.
1. Espacer les plants.
2. Au tout début d’attaque, éliminer manuellement les parties touchées. Ne pas se débarrasser des parties malades au compost.
3. Préférer des variétés peu sensibles : courgette « Astia » ou le potimarron « Red Kuri ».
4. Désinfecter les outils de jardin pour ne pas propager les spores d’oïdium.
5. En traitement préventif : décoction de prêle et bicarbonate de soude peuvent donner de bons résultats.

Mildiou

C’est quoi le mildiou ?
C’est une maladie cryptogamique, provoquée par un oomycète, un parasite longtemps considéré comme un champignon. Les oomycètes sont des micro-organismes aquatiques ayant perdu leurs propriétés de photosynthèse. Contrairement aux champignons, ils ne peuvent survivre que dans le milieu aqueux, ils sont propagés par l’eau sur les végétaux qu’ils colonisent.

Comment traiter le mildiou naturellement ?
Les traitements curatifs pour combattre le mildiou sont plus ou moins efficaces suivant les dégâts.
1. Éliminer toutes les parties végétales touchées par le mildiou.
2. Le meilleur moyen d’éliminer les spores coupables de la propagation de la maladie reste le feu. En milieu urbain l’évacuation des parties malades en sac poubelle fermé sera préférable.
3. La bouillie bordelaise avec parcimonie.
Les produits à base de cuivre sont reconnus comme étant efficaces contre le mildiou. La bouillie bordelaise contient de l’eau, du sulfate de cuivre et de la chaux.
A pulvériser sur les plantes malades tous les 15 jours, en recommençant l’opération 2 à 3 fois. Elle limite la propagation des spores.
Attention : le cuivre est un métal lourd, il a tendance à rester dans le sol et sera alors toxique, à long terme, pour certains micro-organismes, mais aussi pour les animaux et les insectes.
4. Le bicarbonate de soude
100 % naturel il a le pouvoir de neutraliser l’acidité du milieu dans lequel il opère. Comme le mildiou a besoin d’une certaine acidité pour se développer il est contrarié.
5. Huiles essentielles : efficaces avec leurs propriétés fongicides : origan, sauge sclarée, giroflier, tea tree ou citronnelle. Recette : diluer 20 gouttes d’HE dans 500 ml d’eau et ajoutez une cuillère à soupe de savon noir. Agiter. C’est prêt.

Solutions préventives pour éviter le mildiou :
1. Aérer : en plantant ou en semant espacé,
2. Diversifier : certaines variétés de légumes sont moins sensibles au mildiou que d’autres donc en variant les espèces, on établit une sélection naturelle.
3. Pratiquer la rotation des cultures,
4. Éviter le surplus d’humidité : arroser le matin plutôt que le soir, le feuillage doit rester sec (arroser au pied).
5. Veiller à ne pas associer : tomates et pommes de terre, et aussi toutes les variétés sensibles.
6. Appliquer des traitements naturels préventifs : Le purin d’ortie est très efficace en prévention. il stimule les défenses immunitaires. La décoction de purin s’utiliser en curatif. Et aussi : le purin de prêle pour son taux de silice, le purin de fougère pour ses propriétés antifongiques, le purin de consoude aident à prévenir l’infection de mildiou.
Des recherches récentes montrent que le champignon Ascomycota sp., empêche la croissance des oomycètes et les détruit. D’après ces études, 100% de mortalité est observée dès 1 mg/L. Le champignon pourrait donc être utilisé comme agent de biocontrôle à la place des traitements chimiques. A suivre.

Bouturer les cactées et les succulentes

Habitués à des conditions de vie extrêmes, notamment l’absence d’eau, les cactus et plantes grasses sont de culture et d’entretien facile. Ils ont besoin de soleil, de chaleur, d’un sol bien drainant pour s’épanouir. Pour les multiplier, la technique du bouturage fonctionne bien. C’est aussi un bon moyen de sauver un cactus en déclin. Autre avantage du bouturage, la plante fille sera identique à la plante sur laquelle on a prélevé la bouture.

Opuntia microdasys Caress

Quand ? : La meilleure période pour bouturer vos cactus et plantes grasses s’étend du milieu du printemps jusqu’au début de l’été, entre avril et juillet.
Comment ? : Prélever un morceau sain de plante, si possible au niveau d’une articulation, à l’aide d’un couteau ou d’un sécateur désinfecté.
Le type de morceau prélevé dépend de la plante grasse ou du cactus. Ce morceau peut être une raquette chez les Opuntias, une feuille charnue pour les plantes grasses comme les Sédums, une bulbille chez les Kalanchoe daigremontiana, un rejet chez les Aloes et Agaves, ou un morceau de tige sectionnée (de 10 à 15 cm de long) comme chez les Cereus ou cactus cierges.
Manipulation : Si la plante a des épines, porter des gants épais pour réaliser l’opération ou se munir d’un papier de journal plié sur lui-même pour manipuler la plante.
Cicatrisation : Saupoudrer la plaie avec de la poudre de charbon pour éviter le développement de maladies et laissez sécher complétement, en plaçant la bouture à la verticale dans un endroit sec et frais, sans soleil direct. La phase de séchage peut durer entre 1 semaine et plusieurs mois en fonction des espèces. Un cal doit apparaître à l’emplacement de la coupe. C’est le signe d’une bonne cicatrisation.
Substrat : il sera composé de terreau et de sable (au moins 1/3 du contenu) pour être suffisamment drainant, l’humidité risque de faire pourrir les cactus ou plantes grasses
Plantation : Faire un trou dans le substrat avec un bâton. Planter la bouture en l’enfonçant d’1 cm, en tassant la terre, et, si besoin, en calant le morceau de plante avec des pierres.
Placer la bouture dans un endroit sec, chaud et lumineux, mais sans soleil direct, à une température comprise entre 19 et 24°C. Arroser légèrement si le substrat est sec pour favoriser le développement des racines.
Pour savoir si la bouture est bien enracinée, tirer légèrement et délicatement sur la bouture pour tester la résistance des racines. Cela peut prendre entre 3 et 12 semaines.
Supporter la sécheresse : les cactus et plantes grasses ont adapté leur métabolisme : celui-ci est de type CAM (Crassulacean Acid Metabolism). Cela signifie que ces plantes ouvrent leurs stomates (petits trous au niveau de l’épiderme des feuilles) durant la nuit pour effectuer des échanges gazeux (dioxygène, dioxyde de carbone, eau…), et les referment durant la journée, ce qui limite les pertes en eau.

Insecticide "maison"

La taille des tomates (pas obligatoire) permet de récupérer les jeunes tiges (gourmands) auxquelles il faudra ajouter quelques feuilles saines.
Laisser macérer 1kg de cette récupération dans 10 litres d’eau pendant trois jours pour obtenir un insecticide qui filtré, sera utilisé sans dilution contre les pucerons, altises, piéride du choux, teigne du poireau.

Le "cul noir" des tomates

La pourriture apicale, ou la maladie du "cul noir" de la tomate est un problème qui se pose à ceux qui cultivent des tomates dans le jardin, elle se manifeste sur le fruit, où l’on observe la pourriture sur la partie finale de la tomate (la pointe basse).
La pourriture apicale est plus une carence qu’une maladie, la plante affectée manque généralement du calcium ou à un excès d’azote ou de potassium dans le sol.
Mais le plus souvent le problème est due à un stress hydrique causé par un mauvais arrosage :
1. Arrosage avec de l’eau trop froide, surtout lorsqu’il fait chaud. Les racines sont incapables d’absorber le calcium du sol.
2. Arrosage de manière trop irrégulière ? Même résultat.
3. Arrosage trop fréquent. Le sol est lessivé et ne contient plus assez de calcium.

Action :
Lorsque les premières tomates présentent les symptômes du "cul noir", il faut agir ! La première chose à faire est d’éliminer les fruits touchés et apporter du calcium.
Ils sont riches en calcium :
- Le sulfate de calcium (sous forme de poudre issu du gypse) ;
- Les coquilles d’œuf. Pour que le calcium soit absorbé plus rapidement, il faut les fragmenter, l’effet n’est pas immédiat. Il est très utile de les utiliser à titre préventif, en les incorporant au compostage.
- Les engrais organiques spécifiques à teneur en calcium. Il faut l’observer sur l’étiquette en recherchant un engrais avec une bonne teneur en calcium, certifié biologique et à libération rapide.
Et aussi : apporter du calcium sous forme de chaux éteinte, de lait (1 litre pour 10 litres d’eau), de cendre de bois,…. ou lithotamme (il apporte calcium, magnésium et la plupart des oligoéléments nécessaires).

Il y a essentiellement trois façons de prévenir la pourriture apicale :
- bien travailler le sol,
- le fertiliser correctement,
- l’irriguer de la bonne façon (arrosages réguliers et mesurés).
Et dans les endroits où les caractéristiques du sol ne permettent pas un drainage régulier, vous devez choisir des variétés de tomates rustiques.

Faut-il tailler les tomates, les aubergines ?

Tailler les tomates ? Enlever ou pas les gourmands ?

En fonction des variétés et de la qualité de plantation (type de sol, taux de matière organique ou de fertilisants, exposition...), les réactions sont différentes côté vigueur.
Les premières pousses (premiers gourmands) peuvent être considérées comme l’expression de cette vigueur.
Vous pouvez les laisser et les considérer comme des tiges complémentaires de l’axe principal (+1, +2 ou +3).
Il faut alors les palisser en éventail ou en gobelet d’où l’importance de respecter une distance importante à la plantation entre les plants (80cm+/-).
Ensuite, enlèver les gourmands de chacune des tiges et le plus tôt possible pour que les blessures soient faibles.
Pour les tomates-cerises (et les petites tomates en général), la taille est traumatisante pour les pieds, il est donc recommandé de ne pas tailler et de palisser chaque tige.
Enfin veillez à ne plus enlever les gourmands début août pour lancer une 2ème production de fruits en fin de saison.

Tailler les aubergines ?

Côté aubergine, le jardinier peut les tailler...ou pas !
À l’apparition de la deuxième fleur, couper la tige principale juste au-dessus.
Des rameaux secondaires vont apparaître en dessous.
Conserver les 3 plus beaux et taille les autres.
Des fleurs vont se former sur ces rameaux secondaires ce qui augmente le nombre de fruits... si les pieds sont vigoureux.

Graines et plants disponibles

Bonne nouvelle pour la biodiversité : la vente des semences reproductibles est autorisée par la loi française, mais aux jardiniers amateurs seulement. Discrètement publié au journal officiel le 11 juin 2020 le texte est disponible <ICI
La grainothèque de RESPECTS Occitanie :
(graines issues de plants "bio" en culture naturelle sans apports d’engrais ou de traitements issus de la chimie).

Liste évolutive en fonction des retraits et des dons (mise à jour mensuelle). Envoi postal possible sur le même principe d’échange.
Agapanthe (Agapanthus umbellatus ’Blue’) ;
Annone (Annonaceae) ;
Arbre à kapok (Ceiba pentandra), ou fromager ;
Aubergine Diamond (Solanum melongena) ;
Basilic africain (Ocimum canum) ;
Basilic vert (Ocimum basilicum) ;
Basilic Grec (Ocimum basilicum "grec") ;
Betterave Rose Lutz-Winter Keeper (Beta vulgaris) ;
Bleuet sauvage (Centaurea Cyanus) ;
Calendula (C. Officinalis) ;
Capucine Nasturtium (Tropaeolum majus) ;
Carotte Orange Dolciva (Daucus carota) ;
Chou Kale frisé (Brassica oleracea ) ;
Chou Rave Dyna (Brassica oleracea ) ;
Concombre Marketmore (Cucumis sativus) ;
Courge Maxima- Potiron Bleu de Hongrie (Cucurbita maxima) ;
Courge Moschata- Canada Crookneck (Cucurbita moschata) ;
Courge musquée Sucrine du Berry (Cucurbita moschata)
Courgette de Triestre- Blanche de Triestre (Cucurbita pepo) ;
Courgette Tabergmoutz du Maroc (Cucurbita pepo) ;
Cresson de Para- Lemon Drops (Spilanthes oleracea) ;
Févier d’Amérique (Gleditsia triacanthos) ;
Gourde Cucuzzi (Lagenaria siceraria) ;
Haricot à écosser Nain Borlotto (Phaseolus vulgaris) ;
Haricot tarbais (Phaseolus vulgaris) ;
Ipomée Ciel Bleu (Pharbitis Purpurea) ;
Lin (Linum Adenolinum), mélange ;
Lin (Linum Usitatissimum), lin cultivé bleu ;
Melon Ananas à chair Rouge (Cucumis melo) ;
Melon Kazakh (Cucumis melo) ;
Navet Rave de Margeride (Brassica rapa) ;
Onagre (Oenothera biennis) ;
Panais De Guernesey (Pastinaca sativa) ;
Pâtisson (Cucurbita pepo var. ovifera) ;
Piment doux des Landes (Capsicum annuum) ;
Poivron jaune Carré d’Asti (Capsicum annuum) ;
Poivron Yolo Wonder (Capsicum annuum L.) ;
Pomelo (Citrus ×paradisi ) ;
Potimarron (Cucurbita maxima) ;
Radis d’hiver Noir Long (Raphanus sativus) ;
Radis d’hiver Violet de Gournay (Raphanus sativus) ;
Radis Sora (Raphanus sativus) ;
Sauge (Salvia Officinalis) ;
Stévia (S. Rebaudiana) ;
Tagète géante aux épices (Tagete Minuta) ;
Tomates (Aunt Ruby’s German Green, Bédouin, Caro Rich, Cœur de bœuf de Nice, De Berao, Green Zebra, Grushovka, Indigo Bosque Blue, Jaune Flammée, Marital Purple, Matina, Mirabelle blanche, Reif Red, Savignac, Stupice, White Wonder, ...) ;
Thym Officinal (Thymus officinalis) ;
Thym Serpolet (Thymus serpylium) ;
Zucca Serpente (Lagenaria longissima)

Plants disponibles :
- Agapanthes (Lis du Nil ou Tubéreuse bleue) ;
- Bourrache officinale ;
- Avocatier

Plus d’infos avec grainotheque@respects.fr

Formulaire de partage de graines

Réussir la plantation de l’ail, de l’oignon et/ou de l’échalote

Dès mi-février pour les régions les plus chaudes et dans un sol ressuyé :
Ameublir le sol en surface et épandre du compost mûr, puis passer et repasser une griffe sur une profondeur de 20 à 30 cm pour émietter le sol et incorporer l’amendement.
Pour l’ail rose (mieux vaut planter l’ail blanc à l’automne sauf si le sol est argileux à limono-argileux)
Planter les gousses (15 cm sur le rang et 30 cm entre les lignes), à 3 cm de profondeur avec leurs pointes affleurant juste sous la surface,
Par la suite, enlever les plantes indésirables à la main et les laisser sur place.
En cas de binage, attention à ne pas blesser les bulbes.
Si le sol est sableux à limono-sableux, pailler avec du foin qui est plus « aérant ».
Le faire à partir de mi-avril dans des régions plus humide, dans les vallées ou en montagne.

La méthode est identique pour l’échalote et l’oignon.
Pour l’échalote, prévoir une distance de plantation de 25 cm dans le rang.

Faites des plants

La patate douce.
Ipomoea batatas est une plante vivace que l’on cultive pour consommer son tubercule ;
qui est deux fois plus riche en bêta-carotène que la carotte, elle est aussi très riche en vitamines et minéraux.

Plant de patate douce

Plusieurs méthodes simples sont possibles pour obtenir des plants :
- Mettre un tubercule sur un support humide, à la lumière, au mois d’avril. On verra alors apparaître des yeux comme pour la pomme de terre. Couper ces germes avec un talon de tubercule à repiquer dans une terre sableuse au mois de mai.
- Par bouturage en plantant en pépinière des tubercules qui fourniront six semaines plus tard des rejets à repiquer.
- On peut aussi multiplier la patate douce en plaçant en intérieur près d’une fenêtre vers la fin de l’hiver une patate du commerce à moitié immergée dans de l’eau dans un bocal en verre ou une bouteille en plastique (dont le goulot aura été coupé pour pouvoir y introduire la patate).

Peu importe le sens d’immersion. Quatre à six semaines plus tard, apparaissent des racines dans l’eau et des pousses sur la patate. Lorsque ces pousses mesurent environ 30 cm (avec au moins 2 nœuds), on peut les pincer à la base pour les remettre à raciner dans de l’eau. Dès que ces plantules ont des racines d’une dizaine de 10 cm, on peut les repiquer en pleine terre.
Et/ou comme dans la première méthode on peut couper les germes avec un talon de tubercule et les repiquer dans une terre bien drainée au mois de mai.
Voir les vidéos de Xavier Mathias, pour multiplier la patate douce.
Et pour faire la différence entre blanche, rouge, ... c’est sur cette page.

Une grainothèque pour quoi faire ?

RESPECTS Occitanie propose ce service d’échange et de partage de semences et de plants pour "servir" la biodiversité. Plus d’infos : Sébastien et Cédric.

La grainothèque, c’est quoi ?
C’est un moyen d’échange et de partage de semences en dehors des circuits commerciaux. La grainothèque est basée sur le troc. Elle se nourrit et vit avec les graines que déposent ou prennent (deux actions qui devraient être simultanées) les participants. Cette notion d’échange est indispensable au bon fonctionnement et à la pérennisation de la grainothèque.

Un sachet de graines à plier

En raison des contraintes sanitaires la grainothèque sera disponible de deux façons :
- au moment des distributions des groupements d’achats ;
- et par envoi postal.
Dans la mesure ou l’association pourra disposer d’un local et tenir des permanences la grainothèque sera disponible.

Quelle utilité ?
Avec la diffusion et l’échange de semences non hybrides, une grainothèque favorise la biodiversité. Elle veut aussi proposer des variétés adaptées au terroir local. Ce principe d’échange et de partage permet de découvrir des variétés (souvent anciennes), favorise les échanges (même virtuels), le partage de savoirs et de techniques.
de produire à moindre coût ses propres légumes et fruits, et ainsi d’accéder à une alimentation saine et locale.

Si la liberté de produire et d’échanger des semences entre jardiniers est indispensable pour la prise de conscience écologique c’est préserver un patrimoine vivant hors du giron des grands noms de l’industrie semencière.

Comment faire ?
La grainothèque pourra être mise à la disposition des adhérents dans les permanences de l’association à Toulouse et Cugnaux.
Mais nous pourrons mettre aussi en place un service postal pour échanger des graines.

Un sachet de graines à plier
Sachet de graines avec instructions de pliage

Semis qui filent : pourquoi et comment l’éviter ?

Les semis sont en place et ont bien germé, tout semble parfait... mais vous constatez qu’ils s’allongent à grande vitesse, se fragilisent, jusqu’à mourrir : c’est ce qu’on appelle "les semis qui filent".

A quoi est du ce phénomène ?

Les semis qui filent sont dus à un décalage entre la température de la pièce dans laquelle se trouvent les plantes, et la quantité de lumière disponible.
Nos intérieurs sont chauffés aux alentours de 20 degrés, température qui correspond aux climat d’un mois de mai ou juin en extérieur. Les plantes reçoivent donc le signal qu’il est temps de grandir. Or les journées ne sont pas encore assez longues et la lumière naturelle disponible pas assez importante. Les plantes vont donc s’étendre exagérément pour trouver la lumière au détriment du système racinaire.

Une autre raison qui explique le filage est une trop grande densité de semis : trop serrés, la concurrence sera féroce pour trouver la lumière et les plantes vont avoir tendance à pousser exagérément pour aller chercher les précieux rayons de soleil. Il faut donc penser à bien espacer ses semis.

Comment y remédier ?

Il faut dès que la germination a eu lieu, placer les semis dans un endroit plus frais : en extérieur la journée, au bord d’une fenêtre dans une pièce non chauffée... afin que les plantes reçoivent un signal cohérent entre durée d’ensoleillement et température. Ainsi leur cycle sera cohérent et permettra à la plante de se developper à son rythme en attendant l’arrivée des beaux jours.

Est-ce rattrapable ?

La démarche se tente mais est fastidieuse et les résultats incertains. Si vous êtes encore dans les temps, le mieux est de refaire des semis en respectant les conseils donnés précédemment.
Vous pouvez sinon tenter de déterrer délicatement les semis filés et enterrer une grande partie de la tige qui va raciner et aider au développement normal de la plante.

Calendrier de semis

Ci-joint un calendrier de semis. Celui-ci est donné pour un climat tempéré, correspondant bien à nos régions, mais peut varier en fonction des lieux où les semis seront effectués (surtout si la plantation se fait en pleine terre).

Calendrier des semis