Vous êtes ici : Agir

Zéro sacs plastiques ... Suite

Si au pied du Grand Morgon un cachalot échoué peut amuser par la qualité de son réalisme et l’énergie que mettent les promoteurs de cette performance artistique à rendre la situation réaliste.

JPEG - 92 ko
Cachalot, Savines le 9 juin 2018

Toutefois l’oeuvre d’art créée par un collectif belge pour la journée mondiale des océans nous rappelle la triste réalité.

Espagne : un cachalot retrouvé mort avec 29 kilos de plastique dans son estomac.

Fin février 2018, un cachalot a été aperçu en train de s’échouer sur une plage d’Espagne, dans la région de Murcie. L’animal est mort dans d’atroces souffrances. Dans son estomac, on a retrouvé des sacs plastiques, bouteilles et emballages, l’ensemble de ces déchets pesait plus de 29 kilos.

L’actualité nous rappelle, aussi, que la mer Méditéranée détient un triste record : élue en 2017 "mer la plus polluée du monde".

C’est principalement le plastique et ses résidus qui entachent les fonds marins, les plages et la surface de la mer. Ces polluants touchent également la faune et la flore sous marine. Plus d’info.

Comme veut nous le rappeller l’oeuvre de Savines, la question de la pollution touche de plus en plus la planète et tous les êtres vivants.

Au delà de la souffrance que ces espèces aquatiques peuvent endurer dans leur longue agonie c’est la nature même de nos comportements qu’il faut interroger. Nos habitudes de consommation détruisent la biodiversité et, par effet induit, nuisent à notre santé.

Quelques chiffres :

"Les évaluations à ce jour : en l’espace de six décennies, l’être humain a produit 6,3 milliards de tonnes de déchets plastiques dont seuls 9% ont été recyclés. Lorsqu’on sait que le plastique jeté dans la nature mettra 400 ans à se désintégrer, laissant derrière lui des quantités pharaoniques de particules menaçant la faune et la flore, cela donne envie de se retrousser les manches. En effet, si nous continuons sur cette lancée, d’ici à 2050, ce sont 12 milliards de tonnes de plastique qui rejoindront les décharges." Source : Raphaëlle Dormieu, +Positivr

Et aussi : l’eau en bouteille plastique

AGIR ! Vite.

Refuser tous les emballages plastiques serait facile à faire. Du petit sac qui permet d’emporter sa salade aux emballages plus rigides qui sont sur tous les rayons des grandes surfaces, il nous faut tout refuser.

En prenant l’exemple du shampoing, si nous le fabriquions nous-même sous forme solide, nous pourrions remplacer les 552 millions de bouteilles de shampoing en plastique achetées annuellement.

Fabriquer son shampoing : voir la video ; ou encore plus de recettes > ICI

>> L’homme qui veut nous sauver du plastique ... Une histoire de Cafébabel (mai 2018)