Vous êtes ici : Ressources

Conseils de lecture

La princesse et le pangolin. Conte philosophique de Marc Lambron, Ed. Equateurs, 10 euros.

En plein désert, un géologue rencontre la princesse Greta qui débarque sur terre et lui dit d’un ton farouche et impérieux : "Dessine-moi une chauve-souris !"
La princesse Greta vit sur une minuscule planète, 100% bio où la ouche d’ozone est très pure. Mais des insectes menacent ses plants de quinoa et seule une chauve-souris peut les chasser de façon éco-responsable.
Mais avant d’arriver sur terre, Greta a fait escale sur différents astéroïdes ...
A chaque fois s’établit un échange piquant sur l’esprit d’enfance, le capitalisme, la révolution, la violence, le rock, la méchanceté des hommes, la nature. Jusqu’au jour où la princesse rencontre un pangolin, animal hautement philosophique, menacé par la race humaine, qui lui enseigne le langage du cœur et de l’amour.

Le magazine des livres pour enfants. Pour les plus jeunes lecteurs voir la sélection de Denis Cheissoux dans son émission : L’as-tu lu mon p’tit loup ?

Parle force des arbres. Edouard Cortès, Ed. Des Equateurs, 18 euros.

Que faire quand la vie nous accable ? Après un coup du destin, l’auteur choisit de "s’enforester". Perché dans un arbre, il cherche à prendre de la hauteur sur son existence. A six mètres, dans les branches d’un chêne, il construit une cabane au cœur d’une forêt du Périgord Noir.
Durant quatre mois, l’observation du chêne et de la sylve lui offre un enchantement quotidien. Un printemps dans un arbre accorde une lecture introuvable en librairie. Loin des réseaux, les bourgeons et les rameaux permettent de renaître à la vie.
Edouard Cortès nous emmène dans un voyage immobile et singulier au royaume sylvestre de France. Un recours à la forêt pour glaner un peu de silence, de temps et d’attention.

Les inamovibles de la République. Vous ne les verrez jamais, mais ils gouvernent. Chloé Morin, Ed. De L’Aube, 18 euros.
La crise du Covid-19 a joué un puissant rôle de révélateur. En particulier, l’efficacité de l’administration, sur fond de déconnexion et de déresponsabilisation de la haute fonction publique, a été questionnée. La thèse défendue ici par Chloé Morin est que la faillite des élites n’est pas liée à une somme de petitesses individuelles, comme on serait aisément tenté de le croire, mais le résultat d’un système. Après avoir listé et illustré les symptômes et les causes concrètes de cette maladie de l’État, l’auteure propose des solutions décapantes – en espérant qu’elles ne soient pas, comme bien d’autres avant elles, enterrées sitôt évoquées. À la fois livre-choc sur les causes de l’embolie administrative et de l’effondrement du sens de l’État et ode au service public, cette lecture s’avère pour le moins… revigorante !

H20 Les eaux de l’oubli. Ivan Illich, Ed. Terre Urbaine, 14,50 euros.
Illich souhaite s’attarde sur « la nature de l’espace de vie des humains », puis examine "trois sortes d’espaces urbains typiques" et conclue sur la « récupération de l’eau du rêve par l’enfant de la ville." Illich exhume les récits de la mythologie grecque sur la fondation même des villes. Il révèle le système élaboré d’adduction d’eau à Rome en l’an 97, « devenue une ville millionnaire » près de deux millénaires avant Dallas, tout comme le raffinement des jardins de princes musulmans à l’irrigation maitrisée. Puis il est question de la fange des villes, de leur odeur comme de celles des individus, morts ou vivants. Passant d’un siècle à l’autre, comme d’une ville à l’autre, Illich rappelle les usages de l’eau, son traitement et sa distribution. Il insiste sur celui de la toilette, qui conduira en quelques sortes à "la transformation de H2O en produit détachant". L’histoire urbaine récente et la croissance fulgurante des villes est très clairement mise en avant dans ce processus.

La Magie de la concentration, Jean-Philippe Lachaux, Ed. Odile Jacob, 21,90€ ou 17,99€ e-book.

Un livre dense, drôle, ludique et pratique qui nous apprend tout sur la magie de la concentration et nous y entraîne. Après l’émerveillement et l’indignation, voici venu le temps de l’éducation : il est devenu urgent d’éduquer la concentration.
Éduquer la concentration, cela signifie faire comprendre aux plus jeunes, mais aussi à leurs aînés, comment elle fonctionne, quels en sont les mécanismes et comment l’apprivoiser ; comment jouer avec elle et, surtout, comment la maîtriser.
Éduquer la concentration, c’est donner les clefs à chacun pour qu’il puisse reprendre le contrôle de sa vie mentale et décider de ce qui occupe son esprit, à chaque moment de sa vie : décider par lui-même à quoi il consacre son « temps de cerveau disponible ».
Pour vous lancer à votre tour, il vous suffit de vous poster comme une petite souris derrière une miche de pain et de tendre l’oreille afin d’écouter les étonnantes conversations entre Anatole et son ami le chercheur.

Et si on arrêtait de faire semblant ? Jonathan Franzen, Ed. de L’Olivier, 22,50€ ou 16€ en version e-book. Recueil composé de textes écrits entre 2001 et 2019.

"Vous pouvez continuer d’espérer que la catastrophe est évitable, et éprouver toujours plus de frustration et de colère face à l’inaction du monde. Ou vous pouvez accepter que le désastre est pour demain, et commencer à reconsidérer ce que cela veut dire d’espérer."
A travers des récits personnels et des réflexions plus vastes sur l’Amérique, le réchauffement climatique, la littérature ou les nouvelles technologies, il nous pousse à interroger notre rôle dans la marche du monde. Aujourd’hui, ses mots résonnent d’un écho particulier. Comment réagir face à l’inéluctable ? Jonathan Franzen décrit la lutte qui se joue en chacun de nous entre l’optimisme béat, le déni et le pessimisme, proposant une voie médiane : celle du pragmatisme combatif.

Le Guide vegan L214, Ed. Arthaud, 19,90 euros.

Garder la forme, préserver l’environnement, lutter contre la souffrance animale .... Les raisons d’adopter une alimentation végétale ne manquent pas et il n’est jamais trop tard pour se lancer. Simple curieux, végétarien convaincu ou nouveau végane, cet ouvrage sera votre meilleur allié pour végétaliser votre assiette avec plaisir et en toute sérénité.
Que ce soit pour un repas ou pour tous les jours, nos conseils et astuces cuisine vous permettront de mettre le végétal à vos menus ! Il n’est (presque) plus nécessaire de le dire : la cuisine végétale est variée et savoureuse.
Les 8 chapitres du livre sont ponctués de 45 recettes pour toutes les occasions.
En complément des recettes, le guide donne aussi les clés pour trouver les produits déjà vegan dans le commerce. Biscuits salés ou sucrés, glaces, simili-carnés, laits végétaux ou même viennoiseries et fromages, … et plutôt faciles à dénicher !
Que ce soit pour un repas ou pour tous les jours, conseils et astuces cuisine permettront de mettre le végétal au menu ! Il n’est (presque) plus nécessaire de le dire : la cuisine végétale est variée et savoureuse.

Sapiens, naissance de l’humanité (BD). Yuval Noah Harari, David Vandermeulen et Daniel Casanave. Ed. Albin Michel. 22,90 euros.

Une bande dessinée pour repenser, avec humour, tout ce que nous croyions savoir sur l’histoire de l’humanité.
Animal insignifiant parmi les animaux et humain parmi d’autres humains, Sapiens a acquis il y a 70 000 ans des capacités extraordinaires qui l’ont transformé en maître du monde. Qu’est-ce qui nous différencie des animaux ? Nos ancêtres étaient-ils plus violents que nous ? Et comment faisaient-ils l’amour ?
Pour répondre à ces questions, Yuval Noah Harari part à la rencontre de scientifiques du monde entier, biologistes, sociologues ou anthropologues.
Un voyage qui nous fait découvrir des notions nouvelles mais aussi des ancêtres plus ou moins lointains et des animaux fantastiques, qui furent jadis bien réels.

Nos campagnes suspendues : la France périphérique face à la crise. Salomé Berlioux (Présidente de Chemins d’Avenir) ; Ed. Editions de l’Observatoire, 18 euros.

Printemps 2020 : dans les grandes métropoles, les services hospitaliers sont sous tension, la mortalité élevée, les habitants exposés. Pour autant, les campagnes affrontent, elles aussi, le confinement. Loin des clichés sur leurs tranquilles espaces verts et leurs résidences secondaires, les zones rurales et les petites villes souffrent de la crise. Les jeunes isolés ne peuvent préparer la rentrée ; les agriculteurs se démènent pour nourrir le pays ; le chômage menace ; les élus locaux déploient des solutions de terrain malgré les défis structurels de leurs territoires, parmi lesquels la fracture numérique, les déserts médicaux et le retrait des services publics.
Demain, la France des « invisibles » sera-t-elle enfin prise en compte ? Sera-t-elle au cœur de la relance du pays ?
Véritable plongée dans cette France au confinement discret mais touchée de plein fouet, ce livre propose un autre point de vue sur la crise sanitaire et économique et fait entendre le désarroi et les attentes de nos territoires.

Glou Guide n°3 : Un guide des vins naturels. Antonin Iommi-Amunategui, Jérémie Couston & Olivier Grosjean, Ed. Cambourakis, 15 euros.

Un guide atypique. Slogans capillotractés mis à part, parce qu’ils ont sérieusement le vent en poupe, parce que les vignes se prennent de grandes baffes climatiques, il est chaque année de plus en plus difficile de trouver de jolis vins naturels à 15 euros maximum. C’est donc un effort inédit et soutenu qu’ont dû produire les trois auteurs (bienvenue, Olivier « Olif » Grosjean !) de cette nouvelle fournée avinée pour parvenir à collecter, une fois de plus, quelque « 150 vins exquis à 15 euros maxi ». Mais ils y sont arrivés, à la sueur du coude, maintes et maintes fois levé…

Je rêve d’un monde ... Plaidoyer d’un adolescent pour la biodiversité. Victor Noël, Ed. Delachaux et Niestlé, 10 euros.

"J’invite chacun d’entre vous, quel que soit votre âge, à prendre conscience que nous faisons subir à la biodiversité une sixième extinction de masse, et que nous devons pour l’enrayer bousculer nos habitudes et repenser notre société. "
Naturaliste depuis le plus jeune âge, Victor Noël lance un appel à la raison dans ce petit livre engagé. De sa passion pour l’observation et l’identification de la faune, en particulier des oiseaux, est née une véritable fascination pour la biodiversité, menant tout naturellement à un désir de protection du vivant. Avec beaucoup de bon sens et un esprit pratique développé, il nous invite à prendre le même chemin vers la remise en question et l’action. Il dresse d’abord un état des lieux de la situation actuelle : le vivant ne va pas bien. L’érosion de la biodiversité est le fait de 4 grandes causes liées aux activités humaines : destruction et dégradation des milieux naturels, surexploitation des ressources naturelles, introduction d’espèces exotiques dites envahissante, changement climatique. Pourtant, nous faisons partie intégrante de la biodiversité."

RAMSES 2021. Le grand basculement ? Dominique David, Thierry De Montbrial, Institut Français des Relations Internationales - Ifri, Ed. Dunod, 27 euros.
L’édition 2021 du Ramsès interroge ce monde nouveau que les bouleversements de 2020 nous poussent à imaginer : Face aux catastrophes sanitaires et climatiques, qui mettent durement en cause la désorganisation du monde, quelle gouvernance inventer pour demain ?

Plus de détails et sommaire sur le site de l’Ifri.

Ivan Illich et la société conviviale. Thierry Paquot, Ed. Le Passager Clandestin, 10 euros.

« La productivité se conjugue en termes d’avoir, la convivialité en termes d’être. »
L’auteur nous invite à redécouvrir une pensée stimulante et anticonformiste qui accompagne aujourd’hui de nombreuses pratiques alternatives.
Illich est un implacable critique de la société industrielle, il a démontré qu’au-delà d’un certain seuil, les institutions se révèlent contre-productives. Il a dénoncé la tyrannie des besoins dictés par la société de consommation et mis en garde contre la dépendance exercée par les outils démesurés du capitalisme.
Il oppose au productivisme et au culte de la croissance un art de vivre qui entremêle sobriété, simplicité et générosité. La société conviviale dessinée par Illich cherche à garantir l’autonomie et la créativité humaines.
Et aussi un extrait de La Convivialité d’Ivan Illich sur le site de France Inter.

Abondance et liberté, Une histoire environnementale des idées

politiques, Pierre Charbonnier, Ed. La Découverte, 24 euros.
Sous la forme d’une magistrale enquête philosophique et historique, ce livre propose une histoire inédite : une histoire environnementale des idées politiques modernes. ...
Il se trouve que les principales catégories politiques de la modernité se sont fondées sur l’idée d’une amélioration de la nature, d’une victoire décisive sur ses avarices et d’une illimitation de l’accès aux ressources terrestres. Ainsi la société politique d’individus libres, égaux et prospères voulue par les Modernes s’est-elle pensée, notamment avec l’essor de l’industrie assimilé au progrès, comme affranchie vis-à-vis des pesanteurs du monde.
Or ce pacte entre démocratie et croissance est aujourd’hui remis en question par le changement climatique et le bouleversement des équilibres écologiques.

Il est temps d’agir. Carola Rackete. Ed. De L’Iconoclaste. 18 euros. L’auteur s’adresse à nous. Nous sommes « la génération du changement ». Activiste écolo, elle invite nos sociétés à réévaluer nos valeurs et transformer notre modèle. Cette parole engagée sera d’autant plus précieuse, à l’issue de la crise du coronavirus, dans ce que l’on appelle parfois « le monde d’après ».

Dans ce manifeste incarné, elle nous alerte sur la planète et sur notre rôle : « Il est urgent que nous changions nos manières de faire. Fondamentalement, ce n’est pas un problème pour les humains de trouver des solutions créatives. Nous sommes une espèce très inventive ! » Il est temps d’agir, prévient-elle. De changer. Plus que jamais

Changer de vie. C’est le thème du numéro de cet automne 2020 de

Zadig, le mag. n°7. 19 euros.
Tout plaquer : maison, boulot, famille, et recommencer à zéro. Beaucoup en rêvent, notamment depuis la crise sanitaire. Quelles sont les aspirations des français et quelles réalités derrière ces désirs ?

Zadig, le trimestriel qui raconte la France, rassemble dans ce 7e numéro : Florence Aubenas, Pablo Servigne, M.Pastoureau, L.Slimani, Miguel Bonnefoy, Bernard Chambaz, ...

L’exode urbain. Manifeste pour une ruralité positive. Claire Desmares-Poirrier, Ed. Terre vivante, 10 euros.

Quand tout s’accélère autour de nous, on se sent parfois dépassés, pas à notre place, pris dans le tumulte de la productivité et de la consommation de masse.
Dans ce petit manifeste de la ruralité positive, Claire Desmares-Poirrier partage ses réflexions et son parcours d’ancienne urbaine, en quête d’un projet de vie qui fait sens et de Nature.
Grâce à ce livre, tous ceux qui ne parviennent pas à se libérer de leurs questionnements trouveront ici l’impulsion nécessaire pour initier leur révolution. Ils trouveront les clefs pour réfléchir à un projet de vie plus en accord avec leurs principes, plus à l’écoute de leurs réels besoins.
Un nouveau départ est possible. Il suffit, parfoit, de simplement changer notre angle d’observation.

Les émotions de la Terre. Des nouveaux mots pour un nouveau monde, Glenn Albrecht, Ed. Les liens qui libèrent, 23 €.

L’ampleur des bouleversements de l’Anthropocène est telle que les mots pour décrire les émotions n’existent pas toujours. Dans cet ouvrage, l’éminent scientifique Glenn Albrecht propose une vision du monde radicalement nouvelle pour sortir de la crise écologique. En créant le concept de Symbiocène qui se substitue à l’ère Anthropocène il nous faut inventer de nouveaux noms pour qu’advienne un nouveau monde.
Glenn Albrecht explore notre relation au vivant et offre à éprouver une vision du monde radicalement nouvelle pour nous adapter aux bouleversements écologiques. En créant de nouveaux concepts qui décrivent les liens intimes entre notre psyché et la Terre, il entend modifier notre perception du monde, de notre avenir, et de notre place au sein du monde vivant.

Basilico. Roman graphique signé Giulio Macaione, Ed. Ankama, 14,90€.

Habilement orchestré et agrémenté de véritables recettes culinaires, ce récit tient en haleine jusqu’à son terme. Et donne envie d’aller faire un tour à Palerme.
Aujourd’hui, Maria est heureuse : ses cinq enfants sont réunis autour d’elle, ce qui n’était pas arrivé depuis au moins dix ans. Giovanni, l’aîné, est « tellement gentil qu’il passe pour un idiot ». Agata, elle, « se prend pour une artiste alors qu’elle n’a jamais réussi à vendre une seule toile ». Quant à Diego Maria, c’est « une folle » qui vit aux crochets de ses amants. Rosalia, avec son « charme irrésistible », reste sa préférée. Et puis il y a Santo, que « le seigneur lui a envoyé pour la consoler ». L’heure n’est cependant pas aux réjouissances car, ô tristesse, Maria est décédée. Il est temps de remonter le temps et de plonger dans l’histoire de cette famille sicilienne aux secrets inavouables... Et découvrir le basilic à toutes les sauces.

La guerre des métaux rares. Guillaume Pitron, Ed. Les Liens qui Libèrent, 20 euros.

Il est peut-être temps de relire cette enquête qui veut nous faire prendre conscience d’un danger imminent. "En nous émancipant des énergies fossiles, nous sombrons en réalité dans une nouvelle dépendance : celle aux métaux rares. Graphite, cobalt, indium, platinoïdes, tungstène, terres rares… ces ressources sont devenues indispensables à notre nouvelle société écologique (voitures électriques, éoliennes, panneaux solaires) et numérique (elles se nichent dans nos smartphones, nos ordinateurs, tablettes et autre objets connectés de notre quotidien). Or les coûts environnementaux, économiques et géopolitiques de cette dépendance pourraient se révéler encore plus dramatiques que ceux qui nous lient au pétrole."

L’homme et la nature, Peter Wohlleben, Ed. Les Arènes, 20,90 euros. Un message optimiste : Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le lien entre l’homme et la nature n’est pas rompu, même si nous n’en sommes pas toujours conscients. Comment réveiller la nature en nous ? : Nos sens sont moins émoussés par la civilisation que nous le pensons. Nous n’avons pas cinq mais sept sens : comme certains animaux, nous sommes capables de percevoir les fluctuations atmosphériques (météoropathie) et, comme certaines plantes, nous sommes doués de proprioception. Nous sommes la nature : L’homme ne domine pas la nature, il est la nature. Encore les arbres : Ils sont nos plus précieux alliés pour nourrir cette connexion

Comment avoir des plantes gratuites chez soi ? Juliette Patissier, Ed.Ulmer, 9,90 euros. Un petit livre unique. Pour la jeune génération qui jardine autrement. Acheter n’est pas le seul moyen d’avoir des plantes tendance chez soi : Juliette Pâtissier récupère des graines et des noyaux, glane des pots, bouture et jardine avec une cuillère à soupe...
Dans son petit livre entièrement illustré et écrit à la main, aussi drôle sur la forme que sérieux sur le fond, elle donne tous les conseils et astuces pour avoir des plantes gratuites chez soi. Vive l’autonomie et la débrouille !
Au sommaire :
Petit manifeste pour les plantes gratuites, kit des jardiniers, pots, substrat, couche de drainage, objectif bouture, les indispensables, les graines, tuto pliage pour tes graines, mission semis, bobèches, art de glaner, SAV des plantes gratuites, ...

Changeons de voie - Les leçons du coronavirus. Edgar Morin avec Sabah Abouessalam, Ed. Denoël, 14,90€.
"Beaucoup partagent la certitude que le monde de demain ne sera plus celui d’hier. Mais quel sera-t-il ?, s’interroge Edgar Morin en introduction. Saurons-nous tirer les leçons de cette pandémie qui a révélé une communauté de destin à tous les humains, en lien avec le destin bioécologique de la planète ? Nous voici entrés dans l’ère des incertitudes. L’avenir imprévisible est en gestation aujourd’hui. Souhaitons que ce soit pour une régénération de la politique, pour une protection de la planète et pour une humanisation de la société : il est temps de changer de Voie".

Soon. Thomas Cadène et Benjamin Adam, Ed. Dargaud, 27 euros.

C’est un récit d’anticipation, riche de détails sur la nouvelle organisation du monde en 2150. Guerres, épidémies, appauvrissement des ressources et changements climatiques ont affecté durablement les équilibres naturels autant que géopolitiques...

Très documentées, les pages de la BD nous racontent notre vie d’avant, ses évolutions majeures, la fuite en avant ...

Mais le découpage clair, l’utilisation séquencée de la bichromie, le travail sur les ombres portées, la mise en image du récit, confèrent à cette bande dessinée singulière un charme certain. Parfois émerveillés de tant d’inventivité, nous sommes aussi ramenés à la réalité avec des éléments puisés dans notre quotidien. Un parti-pris qui nous faire dire que 2151, c’est vraiment « soon »… Extrait : addict-culture.

Désherber sans glyphosate - Toutes les solutions bio, Jean-Michel GROULT, Ed. Ulmer, 15,90 euros
JPEGAvec le développement de techniques nouvelles, comme la permaculture et les méthodes de jardinage plus écologiques, les solutions sont nombreuses. Ce livre en présente les avantages et les limites :
désherber à la main : les bons outils, les astuces à connaître...
désherber par les paillis : organiques, minéraux, toiles de paillage...
désherber par les méthodes alternatives : désherbage thermique, désherbants "bio", outils motorisés, extraits végétaux...
désherber par les plantes : plantes couvre-sol, plantes allélopathiques...
les techniques secteur par secteur : surface en gravillons, surfaces dures, massifs, pelouses, bordures, potagers, vergers...

Ho’oponopono vivant. Claire Burel, Ed. Lanore, 14 euros.
"Désolé, Pardon, Merci, Je t’aime" : une rencontre vivante d’Ho’oponopono. Tradition Hawaïenne ancienne transmise à l’oral de génération en génération. Cette philosophie se pratiquait pour aider une personne à retrouver la quiétude et la paix intérieure mais également faire renaître la paix au sein d’une communauté ou d’une famille dans le cas de problèmes relationnels ou d’enjeux forts.
L’auteure et son amie Chiara vont mettre à l’épreuve de la "vraie vie" Ho’oponopono : Laurence est en grande souffrance émotionnelle. Avec une compétence non dénuée de bienveillance, d’humour, et d’authenticité, elles vont permettre à Laurence de vivre Ho’oponopono de l’intérieur, dans un challenge de 5 jours donnant à cette « ?méthode ? » toutes ses lettres de noblesses. Restaurant la paix intérieure et l’estime d’elle-même de la jeune femme, à travers la compréhension de ses enjeux émotionnels, l’horizon s’éclaircit.

Les Robots "émotionnels", Laurence Devillers, Ed. de l’Observatoire, 20 euros. À l’instar de l’avion qui ne bat pas des ailes comme un oiseau pour voler, nous construisons des machines capables d’imiter sans ressentir, de parler sans comprendre et de raisonner sans conscience. Si leur rôle peut être extrêmement positif, notamment dans le domaine de la santé, les risques de manipulation sont par ailleurs réels : dépendance affective, isolement, perte de liberté, amplifi­cation des stéréotypes (80 % de ces artefacts ont des voix, des noms - Alexa, Sofia - et des corps de femmes, qui en font des assistantes serviles ou des robots sexuels)... Seront-ils un prolongement de nous-mêmes ? Jusqu’où irons-nous pour programmer une émergence de conscience artificielle ? Et l’éthique dans tout ça ? Mêlant technologie, philosophie et neurosciences, Laurence Devillers pose les questions centrales de responsabilité sur l’application de ces robots « émotionnels » au sein de la société et les enjeux qu’ils représentent pour notre dignité humaine.

La part sauvage du monde, Virginie Maris, Ed. Seuil, 19 euros. En déclarant la mort de la nature, nombreux sont ceux qui voient dans l’Anthropocène l’opportunité de prendre enfin les commandes d’un système-terre entièrement modelé par les humains.

À rebours de cet appel au pilotage global, Virginie Maris réhabilite l’idée de nature et défend la préservation du monde sauvage.

Dans une interview récente elle évoque le lien entre la dégradation des milieux naturels et les pandémies : "... La pandémie met à nu toutes les pathologies de notre société contemporaine. La destruction effrénée des milieux naturels, notamment la disparition des forêts tropicales, ainsi que la réduction de la biodiversité sont directement liées à un rapport productiviste et extractiviste à la nature, dans un contexte de surconsommation globalisé."

Perdre la Terre - Une histoire de notre temps, Nathaniel Rich, Ed. Seuil, 17,50 euros.

Nathaniel Rich retrace comment la planète a raté son rendez-vous avec le climat, comment malgré les efforts de plusieurs lanceurs d’alerte, d’intérêts parfois concordants, souvent contradictoires, y compris de l’industrie pétrolière, rien n’a été fait pour stopper le changement climatique. Implacable et passionnant, Perdre la Terre est un document pour l’histoire.
Notre histoire. Un récit fascinant dans lequel l’auteur semble placer le lecteur à la table des négociations pour lui faire entendre les cris d’alarme, les silences coupables, les atermoiements de conscience, la force de l’inertie et des renoncements, et peu à peu l’imminence de la catastrophe. Perdre la Terre n’est pas seulement le roman impitoyable d’occasions historiques manquées, c’est aussi l’évaluation claire et détaillée de la façon dont nous en sommes arrivés là - ; et de ce que nous pouvons et devons faire avant qu’il ne soit vraiment trop tard.

Rascal, Sterling North Ed. Ecole des Loisirs, 7,80 euros.

Qui n’a jamais rêvé d’avoir un raton laveur comme ami ? Un raton laveur comme Rascal : tendre, joueur, futé et très souvent farceur ! Un super roman sur la débrouillardise, la nature et les animaux !
Sterling, onze ans, a trouvé Rascal, jeune raton laveur malicieux et attachant, au creux d’une souche dans les bois. Dans sa nouvelle famille qui compte un père distrait, quatre mouffettes, des marmottes, une corneille surnommée Poe la Corneille et un canoë long de cinq mètres cinquante en chantier dans la salle de séjour, Rascal devient l’inséparable compagnon de Sterling.
Au cours d’une année fertile en aventures, Rascal et Sterling nagent, pêchent et explorent la campagne - jusqu’au jour où le printemps revient, et où tout change brusquement.

Le hérisson d’Europe, Philippe Jourde, Ed. Delachaux et Niestlé, 19,90 euros L’auteur nous invite à suivre pas à pas, été comme hiver, cet animal discret. Il nous apprend ainsi que derrière le hérisson que l’on nourrit chaque soir au jardin se cachent certainement plusieurs individus, puisque plusieurs animaux peuvent vivre sur le même territoire. Ou encore que le pain trempé de lait que l’on dépose dans leur gamelle n’est peut-être pas le mets le plus adapté, puisque l’espèce se nourrit essentiellement d’insectes !

Économie utile pour des temps difficiles. Banerjee Abhijit V., Esther Duflo, Ed. Seuil, 25 euros. " Nous avons écrit ce livre pour garder espoir. Pour parler de ce qui ne s’est pas bien passé, et raconter pourquoi, mais aussi de tout ce qui est allé dans le bon sens. "
Face aux inégalités qui explosent, aux désastres politiques et aux catastrophes environnementales qui menacent de toutes parts, cet ouvrage montre que tout n’est pas perdu. Si des choix de politiques publiques nous ont menés où nous sommes, rien n’empêche d’en faire d’autres. À condition de dresser, d’abord, un constat honnête. Ces pages traquent les fausses évidences sur toutes les questions les plus pressantes : immigration, libre-échange, croissance, inégalités, changement climatique. Elles montrent où et quand les économistes ont échoué, aveuglés par l’idéologie. Appuyée sur les dernières avancées de la recherche, sur des expériences et des données fiables, elle est un levier pour bâtir un monde plus juste et plus humain.

La magie des intentions en 7 jours. Auteur : Valérie Richard. Editeur : Lanore, 12 euros.

Tout part d’une intention. Valérie Richard vous propose une expérience sur 7 jours à reconduire lors d’une situation de crise ou à volonté. C’est en ayant été elle-même confrontée à une situation difficile où dominait une perte de confiance et de repères que l’auteure a commencé, chaque jour, à privilégier une intention à laquelle se rattacher afin de garder le cap, d’améliorer son quotidien et de traverser la vie avec sagesse et fluidité. Vous pouvez simplement énoncer l’intention du jour ou l’amplifier par une musique, une citation, des huiles essentielles, une pierre ou une posture (l’esprit et le corps étant reliés). Appliqué quotidiennement, ce processus va devenir une véritable pratique spirituelle qui transformera votre vie pour le meilleur.

L’enfant du désert. Un récit poétique et engagé, reccueilli et co-écrit par Claire Eggermont, et illustré par Marc N’Guessan. Ed. Plume de Carotte, 8,99 euros.

De sa naissance en 1938 dans un village du désert algérien jusqu’à aujourd’hui où il parcourt le monde pour partager son savoir et sa sagesse, Pierre Rabhi semble avoir vécu mille vies.

Pour la première fois, grâce ce livre, il s’adresse aux enfants pour leur raconter sa vie, ses rencontres, et ses idées fortes et généreuses : son enfance dans le désert algérien, sa découverte du monde des " Roumis " avec son adoption par un couple de Français, son arrivée en France, à Paris, puis son installation en Ardèche avec sa femme Michèle, ses débuts sur la terre rude des Cévennes, ses partages d’expériences auprès de jeunes en France et au Burkina Faso (où il a failli devenir ministre de l’agriculture de Thomas Sankara !), ...

Le tout porté par une parole belle et poétique. Car Pierre Rabhi est avant tout un conteur, et il ne l’oublie pas quand il s’adresse aux enfants du monde...

Bio Diversité - Le pari de l’espoir. Auteur : Hervé le Guyader. 2 2020 ; Editeur : Editions Le Pommier, 16 euros.
Pour invoquer l’effondrement de la biodiversité, les mots sont forts. Pourtant, ils n’incitent manifestement pas à agir. En dépit des rapports toujours plus alarmants, la prise de conscience collective tarde à venir.

Et si nous n’agissions pas faute de comprendre ce qui est en jeu ? C’est du moins l’hypothèse d’Hervé Le Guyader, qui se méfie du fatalisme trop souvent associé au mot « biodiversité » pour lui privilégier une approche plus fine croisant la biologie, la génétique, l’étymologie, l’anthropologie, la neurophysiologie.

Marche avec les loups, Jean-Michel Bertrand et Bertrand Bodin (photographe), Ed. Salamandre, 29 euros.

Avec ce livre qui accompagne le film, le réalisateur Jean-Michel Bertrand nous fait vivre une immersion primitive et philosophique au cœur de vieilles forêts multicentenaires. Des bivouacs improbables suspendus au bord des abîmes ou nichés sous les stalactites des cascades de glace. La découverte d’un lac secret aux eaux transparentes et turquoises envahi de truites. Ou encore la rencontre avec un berger qui s’accommode de la présence du loup et l’accepte...
Puis, au bout de la route, la découverte d’un territoire inoccupé, disponible et prometteur pour les jeunes loups. Une cabane de rêve. D’autres rencontres, d’autres questionnements, d’autres émerveillements et enfin la promesse d’assister à l’installation d’une nouvelle meute. Interview de l’auter sur RCF.

Nima et l’ogresse. Pierre Bertrand, Jianghong Chen ; Ed. Ecole des loisirs, 13,70 euros.

Un jeune moine tibétain fait face à une ogresse qui désire le manger, heureusement par une de ses bonnes actions il s’est fait offrir une statue de Bouddha qui a des pouvoirs magiques. Le moinillon vit ces aventures en se déplaçant sur un yack.

Dans le monastère de l’Himalaya où vit Nima, c’est la catastrophe. La grande fontaine, seul point d’eau des moines, est à sec ! Que faire ? Le Grand Lama lui confie une mission. Avec Jumpa le yack, il doit se rendre à la source de la Roche Percée et y remplir des outres. Nima se met en route, muni des bénédictions de son supérieur et d’une parole de Bouddha : "Celui qui est maître de lui-même est plus grand que celui qui est maître du monde."

De la terre à l’assiette - 50 questions essentielles sur l’agriculture et l’alimentation ; Marc Dufumier, Ed. Allary, 18,90€.
Ces cinquante dernières années, l’humanité a connu sa plus grande révolution agricole, et les inquiétudes sur la santé et l’environnement sont grandissantes. Les consommateurs s’interrogent : Mangeons-nous trop de viande ? De poisson ? Peut-on rester en bonne santé ? en adoptant un régime vegan ? Doit-on l’explosion du nombre de cancers aux produits chimiques présents dans nos aliments ? Peut-on consommer bio et pas cher ? L’eau peut-elle un jour venir à manquer ? Aura-t-on demain de quoi nourrir 10 milliards d’êtres humains ? Pourquoi la plupart des tomates n’ont-elles plus de goût ? Le gluten est-il mauvais pour la santé ? Mangerons-nous des algues et des insectes ?

Sacrées Sorcières adapté par Pénélope Bagieu, Ed. Gallimard BD, 23,90 euros.

C’est bien connu : les sorcières détestent les enfants. Et si elles pouvaient trouver un moyen de les réduire à néant… Elles le feraient sans hésiter. Il faut donc s’en protéger à tout prix. Le hic ? Elles sont habillées comme tout le monde. Comme elles sont chauves, elles dissimulent leur calvitie sous des perruques, et leurs orteils crochus dans des chaussures… Elles sont difficiles à identifier.
"... Je réécris l’histoire. Et les personnages, comme les lieux, sont liés à ce que j’imagine. C’était comme si je la racontais à quelqu’un qui ne l’avait jamais lue ou qui n’avait jamais vu les dessins de Quentin Blake. Je lui raconte ma version : la grand-mère est ma grand-mère, l’histoire se passe maintenant…"

Manières d’être vivant, Enquêtes sur la vie à travers nous, Baptiste MORIZOT, Ed. Actes Sud, 336 pages, 22 euros.

"... Une espèce d’un côté, dix millions de l’autre, et pourtant une seule famille, un seul monde. Cette fiction est notre héritage. Sa violence a contribué aux bouleversements écologiques. C’est pourquoi nous avons une bataille culturelle à mener quant à l’importance à restituer au vivant. Peut-on apprendre à se sentir vivants, à s’aimer comme vivants ? Comment imaginer une politique des interdépendances, qui allie la cohabitation avec des altérités, à la lutte contre ce qui détruit le tissu du vivant ? Il s’agit de refaire connaissance : approcher les habitants de la Terre, humains compris, comme dix millions de manières d’être vivant."

"Une histoire de loup", de Caroline Pellissier et Mathias Friman, Ed. Seuil Jeunesse. A partir de 5 ans.

« Viens, nous dit une voix. Viens avec moi dans ma forêt.
Dans ma forêt profonde, belle et sauvage. N’aie pas peur !
Ouvre tes yeux, tes oreilles, tous tes sens. Mais surtout, ouvre ton cœur. »
...
Avant de devenir un animal politique, le loup fascine. Ruse, liberté, beauté. Immédiatement, il faut parler de la force et de l’intelligence des images de Mathias Friman : illustrations crayonnées en noir et blanc calées au cordeau dans la page.

Le Guide de l’alimentation durable - S’engager pour la planète sans se prendre la tête, Aline Gubri, Thierry Souccar éditions, 16,90 euros.

"Comment réduire (facilement et sans sacrifices) les impacts environnementaux de notre alimentation. Dans ce guide pratique illustré, je partage avec vous des centaines d’astuces, conseils et recettes efficaces et réalistes pour avoir une alimentation plus respectueuse du climat, des ressources naturelles, des sols, etc, sans pour autant perdre en plaisirs gustatifs ou y passer ses journées. Equiper sa cuisine écologiquement, réduire ses emballages, composter même sans jardin, choisir des aliments bas carbone, remplacer des denrées très gourmandes en eau, manger plus local, adopter la saisonnalité de ses repas, manger moins (mais mieux) de viande, mieux conserver ses fruits et légumes pour moins les gaspiller, planifier ses repas, savoir décrypter les étiquettes des produits, etc. Tout y passe !"

Le plus grand défi de l’histoire de l’humanité, édition revue et augmentée, janvier 2020 Aurélien Barrau, Ed. Michel Lafon, 9 euros.
Aurélien Barrau : "Je plaide pour un activisme fractal, des micro-résistances disséminées". Lire l’entretien avec Valère Corréard.

Abécédaire de l’écologie joyeuse, Éric de Kermel, Ed. Bayard, 17,90 euros. "L’écologie joyeuse n’est pas un objectif, elle est un chemin. Un chemin créatif car, comme l’écrit le philosophe Bergson, la joie est création ! Ne pas seulement considérer la démarche écologique comme réparatrice d’un monde abîmé, mais comme création d’un monde nouveau fonde mon enthousiasme à vivre chaque jour sur cette terre".
Au-delà du catastrophisme et de la peur qui se développent autour de la notion d’urgence climatique, il nous livre des définitions pleines de sens et d’émotions, rappelant le lien organique que nous avons avec la nature, et montrant que tout faire pour la protéger n’est pas seulement une évidence, mais aussi une source de grande joie !

Traité d’humanité durable, Marie-Cassandre Bultheel, Ed. Plon ; 17 euros.

Dans cet ouvrage, Marie-Cassandre Bultheel nous transmet son optimisme et dévoile les sept racines du bien-être. Elle explore, dans une réflexion humaniste, le champ des possibles permettant de mieux vivre ensemble. Apprendre à lâcher prise, redonner du sens, accueillir la nouveauté, s’écouter et entendre l’autre, se remettre en question, mieux consommer, reconnaître l’individu sans oublier l’ensemble constituent autant de solutions à découvrir.

Jardins-forêts, Un nouvel art de vivre et de produire, de Desjours Fabrice, Ed. Terran. 28 euros.

« Forêt-jardin », « jardin boisé », « agroforêt tempérée » ou « forêt comestible » : autant de mots désignant des techniques prometteuses, au carrefour de la production alimentaire, des changements sociétaux, du bien-être et des grands enjeux environnementaux.
Née du mariage de la permaculture et de l’agroforesterie, cette technique qui imite le fonctionnement d’un jeune espace boisé fait déjà des émules aux quatre coins de la Terre, dans les campagnes comme dans les villes, autour de projets collectifs ou privés, à but professionnel, pédagogique, esthétique ou vivrier.
Formateur en jardins-forêts et conférencier, pionnier en France dans le domaine des écosystèmes comestibles, Fabrice Desjours crée, durant l’été 2018, avec son réseau, l’association Forêt gourmande pour mener à bien la promotion de cette technique et la concrétisation des idéaux associés.

Ecoute les oiseaux, Léna Mazilu, Yoann Guény, Maxime Zucca, Ed. Albin Michel Jeynesse, 19,90 euros.
Une expérience immersive dans le monde fascinant des oiseaux. Moitié-documentaire, moitié-jeu, ce livre conçu en leporello se lit des deux côtés :

Le recto présente 20 portraits d’oiseaux vivant dans toute l’Europe. Lorsque l’on passe la tablette ou le téléphone devant les illustrations du livre, les oiseaux s’animent et chantent : l’application permet ainsi d’écouter chaque chant et de s’entraîner à le mémoriser, tandis que les textes donnent des précisions sur leurs particularités et les modes de vie des oiseaux, ainsi que du conseil pour les observer.
Au verso, une frise à déployer met en scène ces 20 oiseaux. On joue alors avec le « Memory » de l’application : à partir du chant, il faut reconnaître, puis identifier l’oiseau à qui il appartient en le scannant. À partir de 4 ans accompagné / 6 ans en autonomie


Pour les petits, à partir de trois ans : C’est un arbre, de Delphine Perret, édition du Rouergue.
Imaginez-vous un arbre. Un arbre avec son tronc sombre, son réseau entrelacé de branches, ses feuilles tendres au creux desquelles se dépose la rosée du matin. À moins que...

"C’est un abri", dit l’oiseau.

Ah, c’est vrai qu’on peut aussi le voir comme ça. Ou comme du bois pour la cheminée, pour se réchauffer lorsque l’hiver pointe le bout de son nez...
Quoi d’autre ?
Méfiez-vous des apparences, ou plutôt, élargissez votre pensée grâce à cet ouvrage aux allures d’imagier, accessible pour les tout-petits.
Et plus pour la lecture des petits sur L’as-tu lu mon p’tit loup ?

Agenda écocitoyen 2020 pour la famille, Julie Bernier, Ed. Solar, Collection : Solar Lifestyle, 12,90 euros.

Un guide pratique pour une parfaite organisation familiale et pour sensibiliser petits et grands à la protection de notre environnement ! Un outil idéal qui conjugue le caractère pratique d’un agenda semainier (avec pour chaque semaine de grandes cases à renseigner quotidiennement) à celui d’un almanach-conseil riche d’un contenu utile pour adopter définitivement le zéro déchet en famille.
En préambule, vous découvrirez :
• Un zoom sur l’état de la planète et notre production de déchet ;
• Les emplois zéro déchet et hebdomadaires à compléter par les membres de la famille ;
• Un calendrier des vacances scolaires ;
• La liste des numéros utiles, les numéros d’urgence et les identifiants familiaux que l’on égare toujours.

Et aussi de Julie Bernier, Zéro déchet, Le manuel d’écologie quotidienne, Ed. Solar, 14,90 euros.

Des petits pas quotidiens pour un grand bond vers le zéro déchet.
Le meilleur déchet est celui qui ne se fabrique pas, nous pouvons intervenir à notre mesure !
A la maison, dehors, dans nos cheminements familiaux, professionnels, culturels et sociaux, de la cuisine au jardin, en passant par les rayons des supermarchés ou l’open space…
Grâce aux conseils pratiques, aux infos claires pour mieux consommer, aux astuces, aux recettes et aux fiches DIY de ce manuel, nous allons pouvoir nous engager dans le processus bienveillant et décomplexé d’un quotidien zéro gaspi, zéro déchet. Petit pas par petit pas.

Quand la forêt brûle, de Joëlle Zask, Premier Parallèle, août 2019, 208 p., 17 euros.

Les incendies éclatent partout. Même le Groenland a brûlé en 2017. Des plaines enneigées ont pris feu. À l’été 2018, c’était au tour de la Lettonie et de la Suède jusqu’au cercle polaire. On ne peut pas les arrêter. En Sibérie, il a fallu attendre le changement de saison et la pluie pour que les feux s’éteignent. En Corse, on a des saisons du feu qui durent cinq mois.

Certains scénarios de la Nasa envisagent un embrassement des terres émergées. Quand on regarde le planisphère des feux, on se rend compte que leurs foyers se rapprochent de plus en plus les uns des autres. On estime qu’en 2050, 50 % des municipalités françaises seront exposées aux méga feux.

Aux arbres citoyens ! Pour renouer avec l’écosystème Terre. De Jean-Louis Etienne, éditeur, Paulsen, broché 19,90 euros, version numérique 12,90 euros. Extraits : L’arbre ... Ce géant du règne végétal nous gratifie de ses multiples potentiels : le gîte et le cou-vert de la biodiversité, le château d’eau entre la terre et le ciel. Pourvoyeur d’oxygène et régulateur du climat, il est le garant de la conservation des sols... Pourquoi les racines plongent-elles vers le centre de la Terre ? Un arbre transpire-t-il ? Pourquoi les feuilles sont-elles vertes ? Quel est le véritable poumon de la Terre ?

Le livre fait état de recherches prometteuses en bio-mimétisme, comme la photosynthèse artificielle permettant de produire un « carburant solaire », et il expose des solutions pour demain, telle la construction d’immeubles en bois pour séquestrer le carbone. Homme de terrain et d’expérience, observateur attentif des équilibres minuscules et immenses qui régulent la marche du monde, Jean-Louis Étienne nous invite à comprendre l’action et la place de ces géants de la Terre dans la symphonie des espèces. Et si l’arbre était l’avenir de l’homme ?

Réussir la transition écologique, Grégory Derville, Edition Terre Vivante.

« Que faire et comment faire pour engager la transition écologique près de chez moi ? »

Grégory Derville guide le lecteur dans sa démarche écologique et offre des solutions concrètes à la transition écologique. Grâce à sa grande connaissance théorique et son expérience pratique du sujet, il donne les clés pour mettre en œuvre 9 actions très concrètes de la transition, au niveau local, en misant sur le collectif.
Grégory Derville est enseignant, spécialisé sur les politiques environnementales. Il est impliqué dans plusieurs associations locales (promotion du vélo en ville, jardin partagé, Beauvais en transition).

Jojo, le Gilet jaune, Danièle Sallenave, Tracts Gallimard, 3,90 euros. "La violence et les embardées de langage de quelques-uns ont jeté le discrédit sur les Gilets jaunes. Il ne faudrait pas qu’une élite, assurée de sa légitimité, en tire argument pour occulter la force d’un mouvement qui a fait entendre une exigence de justice et d’égalité, parfois confuse, mais toujours profondément démocratique. Retrouvant ainsi l’inspiration des grands sursauts populaires qui ont marqué notre histoire."
Plus sur l’auteur > Là

Le plus grand défi de l’histoire de l’humanité, Aurélien Barrau, éditeur Michel Lafon, poche 8 euros. "La vie, sur Terre, est en train de mourir. L’ampleur du désastre est à la démesure de notre responsabilité. L’ignorer serait aussi insensé que suicidaire. Plus qu’une transition, je pense qu’il faut une révolution. Et c’est presque une bonne nouvelle. Ce livre fait suite à l’appel, signé par 200 personnalités, que L’actrice Juliette Binoche et moi avons lancé dans le journal Le Monde du 3 septembre 2018."

Aurélien Barrau dans une interview donnée au JDD le 27/11/2018 : "on ne combat pas une crise planétaire par des mesures d’ajustement". Toute la question est là. La question n’est plus de savoir si l’on peut continuer sur ce modèle socio-économique, mais de se demander comment on va pouvoir réellement évoluer vers un autre qui rendra possible un futur désirable dans les prochaines années. On dispose de très peu de temps mais de beaucoup de moyens à la fois sur le plan des idées, des brevets disponibles et sur le plan budgétaire. Ce livre propose de prendre la mesure du défi qui nous attend, et qui ne pourra être relevé qu’avec une volonté forte et immédiate d’y parvenir. Plus sur l’auteur et ses idées.

Une société si vivante, Jean Viard, Edition de l’Aube. Extrait : "Il faut inventer l’agriculture .com qui est une source de savoir, de relation, de proximité, de commerce. Penser local et global en même temps et tous ensemble. Alors, l’agriculture redeviendra un métier d’avenir. Autrefois l’agriculteur exerçait un métier de groupe-moissons, vendanges, troupeaux. Puis il est devenu un travailleur isolé dans son coin, sur sa machine. Désormais, celui qui va s’installer dans l’Aveyron, il a internet, il est connecté, il ne se coupe pas, il transforme ses produits et rencontre ses clients qui seront livrés par Amazon. L’agriculture sera le cœur de la société numérique et collaborative. Elle pénètre la ville, il serait absurde qu’elle abandonne les campagnes". (Ré)Ecouter l’émission du 8/11/2019 : "La 3e guerre mondiale est commencée, c’est une guerre écologique" sur France Inter.

Plus sur l’auteur > ICI

Pour un humanisme vital, Frédéric Worms

Pour un humanisme vital. Lettres sur la vie, la mort et le moment présent, de Frédéric Worms, Odile Jacob, 21,90 €.

« Nous avons besoin aujourd’hui d’un humanisme vital. Et cela nous ramène à la “valeur” de l’humain qui est la condition de tout humanisme et sur laquelle on s’est beaucoup trompé.
Car cette “valeur” n’est pas une propriété simple qui excepterait l’humain du vivant ou qui pourrait être écrasée par lui. Elle réside plutôt dans des inventions humaines, réponses toujours perfectibles à tous les dangers vitaux à la fois. Ainsi, cet humanisme est vital non seulement parce qu’il situe l’humain dans le vivant, mais parce qu’il le considère comme nécessaire et urgent, pour la vie de tous les vivants.

L’humanisme suppose encore autre chose : un accès universel à tous les humains. Or, ici, nous partageons bien quelque chose mais n’est-ce pas d’abord une inquiétude ? Oui, en effet. C’est même ce qui m’a poussé à vous écrire. Mais je savais, dès que je m’y suis engagé, que cela nous permettrait aussi de rejoindre nos joies. » F. W.

Les vertus communes, Carlo Ossola

Les vertus communes de Carlo Ossola. Ed. Les belles lettres, traduit par Lucien d’Azay, 11 euros.

Affabilité, urbanité, discrétion, ... Les « vertus communes » concernent notre vie quotidienne, et leur vocabulaire est minime : ne pas peser sur la terre, s’en tenir à la discrétion de ne pas apparaître, à cette retenue pleine d’empressement qui est le centre de la vie sociale.
Carlo Ossola nous invite à parcourir un chemin de sagesse en faisant halte auprès de douze petites vertus : l’affabilité, la discrétion, la bonhomie, la franchise, la loyauté, la gratitude, la prévenance, l’urbanité, la mesure, la placidité, la constance, la générosité, qu’il est bon d’exercer chaque jour, au travail, dans la vie familiale, et avec nous-mêmes.

Le New Deal Vert Mondial de Jérémy Rifkin. Un manuel de transition globale qui permettrait de produire 100 % de l’électricité à partir de sources propres et renouvelables ; d’améliorer et d’augmenter l’efficacité du réseau énergétique, du réseau des transports ou du secteur du bâtiment ; d’investir dans la recherche et le développement de technologies vertes ou de proposer de nouveaux emplois nés de cette nouvelle économie.

Le temps nous est compté et le consensus scientifique ne peut plus être remis en question : le dérèglement climatique dû à l’homme et issu de la combustion de matières fossiles va mener l’humanité à la sixième grande extinction de la vie sur Terre. Mais partout les solutions existent et sont à notre portée. Aujourd’hui, les intérêts des dirigeants politiques, économiques et financiers convergent avec ceux des citoyens : c’est ce que démontre le célèbre prospectiviste.

Jeremy Rifkin est l’un des penseurs de la société les plus populaires de notre temps. Ses livres ont été traduits en plus de trente-cinq langues.
Editeur : Les liens qui libérent, broché 304 pages, 21,80 euros, version numérique, 15,99 euros. Lire plus.

Mangez responsable de Juliette Legros : "Ne restez plus un simple consommateur : devenez consomm’acteur !"

Pour mieux choisir vos aliments. Pour mieux les consommer. Pour moins jeter, ... Juliette Legros est journaliste scientifique, directrice de la rédaction du magazine Bien-être et Santé. Elle s’intéresse à tout ce qui a trait à l’écologie, la surconsommation, le bio.

Edition Larousse, en partenariat avec la Recyclerie, collection Cahier consomm’acteur, 64 pages, 7,95 euros broché, 5,49 euros en téléchargement numérique. Lire plus.

« Hubert Reeves nous explique : La Forêt » : La forêt est la maison de nos plus lointains ancêtres, elle est le lieu de notre passé et nous relie à lui. Nous y retournons pour nous pénétrer de notre origine et pour en retrouver la formidable vitalité. Il importe d’assurer le développement durable des forêts et la protection de toutes les espèces, végétales et animales, qui constituent ces écosystèmes.

Un album de Boutinot Nelly (Auteur), Reeves Hubert (Auteur), Casanave Daniel (Illustrations) aux Editions Le Lombard

Famille en transition écologique : Changer son monde, pour changer le monde !

Quel est le véritable impact de notre mode de vie sur l’environnement ? Comment le mesurer ? Et surtout : quels changements opérer dans notre vie de tous les jours si l’on veut préserver la planète ?

Jérémie Pichon illustré par Bénédicte Moret

Avec l’aide d’ingénieurs spécialisés en bilan carbone et analyse de cycle de vie, Jérémie Pichon passe au peigne fin, toujours avec humour, le coût écologique de notre vie quotidienne : transport, logement, alimentation, électronique, épargne...

Sur la base de cette analyse fouillée, il nous invite à redéfinir nos priorités et propose un plan d’actions pour amorcer en famille une vraie transition écologique.

" En consommant peu, en n’achetant pas en grande distribution, en choisissant des filières locales et vertueuses, en plaçant mon argent dans des fonds solidaires, en privilégiant les transports doux, en adoptant la sobriété numérique, je peux être un facteur clé du changement. "

Illustré avec un irrésistible talent par Bénédicte Moret, ce guide est aussi la démonstration que chacun peut être acteur de la transition écologique, par le retour à un système plus humain et à un mode de vie plus simple basé sur la mutualisation des savoirs et des richesses. Plus sur le web.

Vivre avec la Terre.

Comment nourrir l’humanité de demain ? Il semble évident que notre modèle agricole actuel, dépendant des énergies fossiles, destructeur des terres et de la biodiversité, émetteur de gaz à effet de serre, ne pourra pas assurer cette tâche.

Vivre avec la Terre -Ed. Actes Sud

Auteur(s) : Charles et Perrine Hervé-Gruyer ; manuel des jardiniers-maraichers, permaculture - ecoculture - microfermes. Paru le 1 mai 2019 Guide (broché). Broché, 3 volumes, 1.048 pages, format 25x34 cm.
Plus d’info sur le site de l’éditeur : Actes Sud.

« Notre rêve est que ce manuel vous accompagne des années durant et qu’il vous facilite vraiment la vie ! Le débutant y trouvera les grands repères qui lui permettront d’initier son projet, l’expert une synthèse probablement unique au monde de données sur les cultures vivrières. »

Homo natura, En harmonie avec le vivant, de Valérie Cabanes (Ed. Buchet Chastel). 128 pages, 12 euros.

Grâce à des conditions climatiques favorables et à des milieux de vie fertiles et foisonnants de biodiversité, nous avons prospéré pendant des millénaires. Toutefois, depuis deux siècles, nous avons aussi malmené l’écosystème qui nous abrite et nous nourrit car nous évoluons comme hors-sol, isolés du reste du vivant, oubliant que nous sommes des êtres de nature.

Nous devons réapprendre, à l’image des peuples premiers, notre rôle de gardiens. Nous devons retrouver le chemin d’une cohabitation harmonieuse avec les arbres, les plantes et les animaux mais aussi entre nous. Cette démarche exige de baisser nos armes économiques, de questionner notre rapport à la propriété, de limiter la souveraineté des États, de repenser la démocratie. Elle impose enfin de reconnaître que la nature a le droit d’exister et de se régénérer. C’est ainsi que nous pourrons garantir aux générations futures le droit à vivre dans un environnement sain et pérenne.