Vous êtes ici : Ressources

4e voyage au pays des Galline, 2018

Ce 4e voyage n’a rien à envier aux précédents. Le plaisir et l’intérêt sont renouvelés chaque année. Il permet de s’enrichir de « belles » rencontres, de nouvelles découvertes culinaires et de lieux touristiques oubliés. Un voyage qui est aussi le témoin de la progression très rapide de la prise de conscience des producteurs siciliens des enjeux environnementaux et humains. Jo, Geneviève, Yvette, Aline, Joël et Marie-Cécile, Jacques ont partagé ce nouveau voyage de R.E.S.P.E.C.T.S.

Adaptation rapide. Depuis 2014, le travail réalisé par le "consorzio" est visible dans tous les domaines de leur projet : travail des sols, biodiversité, organisation, solidarité, humanité, … Si leur objectif initial reposait sur la volonté de renforcer les relations confiantes et solidaires entre producteurs et consommateurs sur la base de la production d’agrumes ; le développement rapide des liens entre ces acteurs a permis la mise en place d’une forme d’implication participative (co-production) qui resserre encore plus les liens entre ces entités. Et finit par créer une alternative aux marchés mondialisés qui nous avaient éloignés du goût, de la qualité, du respect de la Terre et des êtres humains.

JPEG - 111.1 ko
Groupe de la 4e visite chez les Galline (2018)

Merci à Adrien, Cinzia, Diego, Samantha (sa maman et sa sœur), Carlo, Antonio Grimaldi, Patrizia, Roberta, Salvatore et Guissepina, Francesco, Myriam, Michele, Sara, Saro, Beppe, Antonio Coco, Vincenzo, Roberto, Mustapha, Carla, Cima, Sadju, Manfredi, Davide, Gabriele, Barbara, Luigi, … ; Stéphan, Theresa, Antonella, Giovani, Carla (GAS de Gènes). Merci à tous pour la disponibilité et la chaleur de nos échanges. Merci au "consorzio" et à son guide Roberto.
Carte du poulailler des Galline Felici.

J 1 - Lundi 1er octobre - Trajet : Gap, Catane. Décollage sur Blue Air, à Turin Caselle, arrivée à Catane en fin de journée. Récupération du véhicule (toujours compliqué en Sicile) et direction Mascali pour rejoindre l’agriturisme « Bagol’Aera » de Cinzia et Diego.

JPEG - 173.9 ko
Cinzia Manago, Bagol’Area, Mascali

Rencontres : Jo, Geneviève, Aline, Yvette, Adrien, Cinzia.
Dégustations : Une collation apportée par Adrien : saucisse sèche au fenouil, olives, fromage, pâtés d’olives, gâteaux, mostarda (video), vino Nero d’Avola 2015 de chez Grimaldi. Une bonne introduction.
Emotions : L’impatience de rencontrer quelques uns de ces travailleurs infatigables au service du projet des Galline anime nos conversations. Et pour ceux qui ont déjà participé à ces voyages le souhait de retrouver cette ambiance si particulière d’une île dont on pourrait faire le tour en quelques jours mais qui recèle tant de curiosités naturelles et humaines.

Souvenirs en images.

J 2 - Mardi 02 octobre - Trajet : visite de l’exploitation « Bagolaro » (micocoulier) ; départ pour Bronte puis Taormine et retour à Mascali.

JPEG - 179.8 ko
Carlo Limone au Bam Bar
JPEG - 120.3 ko
Samantha, productrice de pistaches à Bronte

Rencontres : Cinzia, les vendangeurs, Samantha, sa maman et sa sœur, Carlo Limone (version guide), Diego.
Dégustations : Journée gastronomie « Bagol’Area » : un incroyable petit déjeuner (jus de grenade, fruits, confitures, fromages, pains, gâteaux,… et un dîner aussi impressionnant : olives, fromages frais et « al forno » ; arancini interprétés par Cinzia, raviolis alla ricota, polpetto, salades, dolce, … vins Malandrino 2017 (amphore) et 2016 (fût de chêne). Le midi après une collation chez Samantha une étape à Bronte s’impose pour un "arancino al pistachio" suivi d’une glace du même parfum et vers 18 heures les « granite » de Bam Bar.

Emotions : Le contraste entre le cadre du "Bagolaro" (belle rénovation, projet innovant et ambitieux à la fois pour les bâtiments et les modes de culture, avec la volonté que l"ensemble évolue dans une harmonie durable) et la « campagna » de Samantha pose questions et montre l’ampleur des écarts entre ces producteurs guidés par un même but. Bagolaro est probablement un bel exemple de ce que sera demain l’agriculture. La diversité des cultures (vigne, grenades, agrumes,...) offre une production étalée ; la bonne gestion des ressources, l’autonomie du domaine en énergie (solaire, chaudière à bois récupéré sur les tailles, ...) permettent à ce projet innovant et bien géré d’exprimer des solutions possibles pour une agriculture durable ici et ailleurs. La qualité de l’accueil de Cinzia et Diego nous rappelle que nous sommes bien en Sicile.
Taormine, trop parcourue de touristes, n’a pu racheter son image qu’avec la qualité de ses points de vues et la perfection des « granite » offerts par Carlo.

Souvenirs en images.

J 3 - Mercredi 03 octobre - Trajet : Mascali, Fiumefreddo, Contrada Cuba à Misterbianco, Motta Sant’Anastasia, Pont Sarrazin d’Adrano, Aqueduc romain de Biscari, azienda « Aragona » à Centuripe, Belpasso, Giarre, Mascali.

JPEG - 122.1 ko
Antonio Grimaldi

Rencontres : Antonio, Patrizia, Roberta, Salvatore et Guissepina, Carlo, Angela.
Dégustations : Une « granita » à la mangue et une grosse brioche brulante au petit déjeuner (Bar Santa Forzisi) ; un déjeuner très copieux préparé par Antonio et Patrizia (fromages, pâté de tête, salades, aubergines, poivrons … suivi de saucisses et tranches de porc grillé, prunes, gâteaux, vins du "patron") ; à suivre quelques dégustations chez Rabuazzo et la liqueur de "carciofo con limone" ; et pour finir le restaurant à Giarre pour dîner avec Carlo et Angela. Ouf !
Emotions : Faire une ballade touristique avec Antonio Grimaldi est toujours un moment exceptionnel. Il nous rapproche de cette Sicile secrète loin des flux touristiques. Et avec Patrizia ils nous gâtent de leur belle générosité. De "belles personnes" qui ressourcent.
Chez Salvatore Rabuazzo nous percevons l’impact climatique sur ses plantations d’artichauts (déplacées cette année pour la rotation des cultures) dans, un terrain nu, inondé. Après l’orage, cultures, volailles et bétail semblent témoigner de l’incapacité de l’homme à tout maîtriser.

Souvenirs en images.

J 4 - Jeudi 04 octobre - Trajet : Miscali, Giarre (Francesco, 75, Via Delle Acacie), Tripundi di Giarre (Carlo, San Matteo), l’entrepôt des Galline" Via Luigi Pirandello, 24 - 95040 Camporotondo Etneo (CT), Ficod’india c/da caudarella ; Caltagirone, Frigintini RG (Modica).

JPEG - 149.2 ko
Francesco Morabito

Rencontres : Diego, les "woofeurs", Francesco, Myriam, Carlo, Isabelle, Michele, Antonella.
Dégustations : Anones et grenades justes cueillies chez Francesco, prunes et noix chez Carlo, des paninis gigantesques sur le chemin de Caltagirone, des figues de barbarie chez Michele, un canolo à Caltagirone (La Rinomata, viale P. Umberto N. 193) et les produits du potager d’Adrien préparés par Antonella.
Emotions : Francesco est un bel exemple de ces jeunes producteurs qui tracent le sillon des Galline. Passionné il traite sa terre avec une grande attention et les résultats sont visibles. Les avocatiers (co-producteur) plantés deux ans et demi plus tôt portent déjà de beaux fruits. L’agro-écologie par l’exemple.
Michele est toujours emporté par son enthousiasme et le respect de la bio diversité. Il déborde de projets : la permaculture, un laboratoire pour transformer des produits (partagé avec d’autres producteurs), l’apiculture, le projet européen LIFE (pour la lutte contre la désertification) , la production de jus d’orange et de fertilisant bio, etc. Des idées mais aussi des résultats. Un "moteur" et un guide vers les nouvelles pratiques agricoles.

Souvenirs en images.

J 5 - Vendredi 05 octobre - Trajet : Frigintini RG (Modica), Cavallo d’Ispica (Mulino ad acqua), Modica (Quetzal), Ragusa, Donnafugata (RG), Scicli, Frigintini RG (Modica).

JPEG - 119.8 ko
Adrien Coppens

Rencontres : Antonella, Sara, Saro, Beppe et son épouse.
Dégustations : fruits de la passion, grenades, anones, citrons doux, au petit déjeuner, arancino, cartocci siciliani, glaces, ... et les "spaghetti" cuisinés par Beppe.
Emotions : Comme à Buscemi (Paese Mueseo), le gardien du musée du Mulino ad acqua est passionné et fier de l’état fonctionnel de son moulin à eau. Sara et Saro sont toujours attentifs à nous faire partager les fruits de leur travail (chocolat de Modica) et de leur engagement social. Les autres visites (Ragusa, Donnafugata, Scicli) nous ramènent vers une Sicile au temps plus figé, entre églises, monuments et palais nobiliaires du baroque tardif. Retrouver le sympathique Beppe et passer une soirée avec lui est toujours un bon moment. Il nous refait l’histoire des Galline depuis son commerce bio à Noto jusqu’à son emploi "d’uomo di campagna" tout en interprétant un plat magnifique de "spaghetti".

Souvenirs en images.

J 6 - Samedi 06 octobre - Trajet : Frigintini RG (Modica), Portopalo di Capo Passero (SR), Pachino, Marzamemi, Villa Romana del Tellaro C.da Vaddeddi,96017 (SR), Noto, Frigintini RG (Modica).

JPEG - 144.7 ko
Michele Russo

Rencontres : Des siciliens passionnés et attentionnés à la Villa Romana del Tellaro, le marchand de tomates cerises de Pachino, au caffè Sicilia, ...
Dégustations : la friture de poisson chez "Candiano" est excellente et la granita alla mandorla du caffè Sicilia parfaite comme le cannolo. Les légumes préparés par Antonella sont savoureux.
Emotions : L’extrémité sud-est de la Sicile, là où la mer Ionienne rencontre la Méditerranée (par le canal de Malte), ne marque pas une limite mais plutôt une ouverture vers l’immensité. Paysage d’une beauté qui nous fait oublier les dangers affrontés par les migrants qui se risquent à vouloir rejoindre les côtes européennes. Pourtant, à voir le camp de Cara de Mineo, clôturé et gardé, il est impossible d’oublier que le rêve européen sera pour un grand nombre difficile à réaliser.
Sans comparaison avec la remarquable Villa del Casale (visitée l’an dernier), la Villa Romana del Tellaro présente quelques belles mosaïques. La qualité de ces décors, qui ont traversé le temps, nous rappellent la succession des occupants de l’île et sa diversité culturelle.

Souvenirs en images.

J 7 - Dimanche 07 octobre - Trajet : Frigintini RG (Modica), Noto (Terra di Pace), Syracuse, Costa Saracena.

JPEG - 155.3 ko
Antonio Coco, l’apiculteur nomade

Rencontres : Antonio Coco, Roberto, Carla (woofer), Cima, Sadju, Giovani et Carla (GAS de Gènes),
Dégustations : les fruits frais au petit déjeuner, pizzolo "siciliana" du bar Artale et ses cannoli à la ricotta remarquable, et le festival de plats préparés par Carla et les jeunes africains : aubergines, potirons et oignons, riz, pommes de terre à la crème de banane, miel et gingembre, ... Pâtisseries ramenées par Joêl de chez Artale et le vin de Grimaldi qui "irrigue" notre parcours.
Emotions : Avec son expérience d’apiculture (37 ans de pratique) Antonio Coco est un vrai passionné mais reste, avec humilité, dans l’observation de "ses" abeilles. Dans les vergers de Terra di Pace il nous invite à découvrir la biodiversité installée dans les mandariniers et propice à la bonne santé de ses ruches : Diplotaxis (fausse roquette) en fleur, alaterne, mûriers, caroubiers, lierres ... Il nous propose de l’accompagner pour rajouter des hausses dans les ruches bien actives encore en ce début octobre. Il nous surprend à s’émerveiller de la santé de ses ruches (seulement +/- 20% de perte par an). Travail et passion !
L’ambiance chez Roberto est toujours festive et les discussions animées. Migrants (co-producteurs), biodiversité, climat, Carla et son année chez Roberto qui s’achève, le couple de génois en quête de questions, ... la soirée est riche d’échanges comme toujours.

Souvenirs en images.

J 8 - Lundi 08 octobre - Trajet : Costa Saracena, Lentini, Contrada Cuba (Misterbianco), l’entrepôt des Galline" Via Luigi Pirandello, 24 - 95040 Camporotondo Etneo (CT), Catane (Piazza Cavour), Costa Saracena.

JPEG - 85.3 ko
Vincenzo Vacante

Rencontres : Vincenzo Vacante, Patrizia et Manfredi, Davide, Barbara, Gabriele, Luigi, Mustapha et une grande table d’hôtes chez Roberto.
Dégustations : Bananes, clémentines, fedjoe, ... au petit déjeuner, festival d’antipasti, des poissons frais à choisir avant cuisson, pasta, ... (Trattoria Don Mimmo) et un cannolo chez Soglo’, via Etnea, les plats simples, abondants et goûteux chez Roberto.
Emotions : La visite à Lentini sur les terres de Vincenzo Vacante, "Il Presidente", était souhaitée mais ne voulait pas mettre en exergue le drame qui se joue ici. Voir la page écrite par Roberto. L’exploitation subit les dégâts du Citrus Tristeza Virus qui attaque les variétés d’agrumes greffés sur le bigaradier. Vincenzo est désespéré et parle de vendre son exploitation. Roberto dans son indéfectible optimisme ne l’entend pas ainsi et veut mobiliser pour sauver l’exploitation et soutenir son ami.

JPEG - 131.7 ko
Barbara Piccioli

Un bon moment partagé a une bonne table avec Barbara, Mario, Gabriele, ... nous fera un peu oublier que la vie paysanne n’est pas faite que de satisfactions. Et le dîner d’adieu chez Roberto nous ramènera sur terre, le menu à partager est copieux, mais les discussions sont sérieuses : climat, solidarité, partage.

Souvenirs en images.

J 9 - Mardi 09 octobre - Trajet : Costa Saracena, Catane Fontanarossa, vol vers Turin Caselle, Susa et Gap.

Rencontres : derniers adieux chez Roberto et promesses de nouvelles rencontres.
Dégustations : Bananes, premières clémentines, un dernier "cornetto alla marmellata" à l’aéroport et une pause panini à Susa.
Emotions : C’est fini pour cette année. Retour dans notre environnement. L’avion qui nous ramène dans un ciel dégagé nous offre de voir l’Etna, le détroit de Messine, le Stromboli comme un cadeau d’adieu.

Souvenirs en images.

Le consorzio dans son ensemble et les producteurs rencontrés pendant nos voyages témoignent tous de la difficulté à s’adapter aux événements climatiques violents qui se multiplient en Sicile.

JPEG - 122.3 ko
Roberto Li Calzi

Un cercle vertueux. L’évolution des pratiques agricoles et des comportements est spectaculaire. La biodiversité est la préoccupation de tous et comme les résultats sont réels l’effet d’entrainement est fort.
Petits et gros, les producteurs ont compris que l’agro-écologie pour certains, la permaculture pour d’autres, était la solution. Les résultats obtenus sont aujourd’hui visibles. Le consorzio forme et diffuse les bonnes pratiques. Il avance et crée ce cercle vertueux voulu par ses fondateurs.
Il reste au consorzio à reproduire son modèle et a convaincre les consommateurs que le projet de la co-production doit se développer pour accélérer le mouvement et proposer une solution durable et bénéfique pour tous, consommateurs, producteurs et pour la nature.

Po/ R.E.S.P.E.C.T.S. : Jacques Solomiac